US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Education
Paraphysique de la manifestation
07 May 2013
La révolution de l'organisation est l'organisation de la révolution...
"La liberté consiste à dire aux gens ce qu'ils ne veulent pas entendre."

George Orwell ( 1903-1950 )

Toutes les manifestations
Qui participent de la fausse contestation
De l'extrême gauche à l'extrême droite du capital
Sont les aliments du capital
C'est comme un combustible
Une longue chaîne de fusibles
Les mêmes aspirations à gérer le désastre
Les mêmes prétentions
Pour un même cadastre
Les différentes bourgeoisies
Avancent leurs pions
Et pour éviter le corps à corps
La maîtrise de la dispersion
Comme dans toute manifestation
Stratégie, pour éviter des blessés et des morts
Et en décembre 1944, les CRS sont officialisés
Pour affiner feu les groupes mobiles de réserve, de 1941, à Vichy
Puis déjà en 1947, CRS=SS, est colporté par les grévistes
Car beaucoup d'anciens CRS furent en uniforme allemand
Les malgré nous, chez les nazis
Autrefois, la répression
Se montrait sans pitié, était féroce
De nos jours, il suffit juste de la canaliser !
Car, surtout, tout peut-être télévisé
Plus rien n'est insurrectionnel
De tous bords, tout est aux mains des officiels
Et toujours les maîtres à penser
Les mandarins, de ce qu'il faut répéter
Qui savent si finement tout castrer
Et qui sont infiltrés dans toutes les classes
Qui parlent et écrivent à notre place
Pour que vraiment rien ne change
Pour que la misère reste dans ses langes
Et indéfiniment nous mettre dans la fange !
Les bourgeoisies du gauchisme au fascisme
Sont subtilement très mobiles, comme en finance
Comme en 1921, la gendarmerie de France
De moins en moins immobile, moins rance
Toute la racaille politicienne, de la députation
Et la pire, la plus démente
Celle qui aux inégalités, se dit clémente
Aux arbres, la pendre, sans exception
Ce que dit dame révolution
Qui sait que les faux frères
Sont les pires des réactionnaires
Et partout les langues de bois
Car vous exterminez les gens comme moi !
Les gens doivent s'organiser
Entre eux, sans aucune politique aliénée
Sans parti, sans organisation, sans roi
Sans police, sans armée, sans célébrité
La révolution de l'organisation
Est l'organisation de la révolution
Pour empêcher toute bureaucratisation
La nouvelle vie de la poésie
Est la vie de la nouvelle poésie
C'est à dire, enfin la vie !
Partout sur la planète Terre
Tout s'organise, pour nous taire
Pour qu'on ne puisse rien y faire
Juste passer et regarder en l'air
La soumission aime se soumettre
Elle sait arborer tous les paraître !
Tout étant absolument abominable
Nous sommes contre tout
Est-ce si blâmable?
Surtout, si tout est complètement fou !
Mais les propriétaires du monde
Ont dans ce tout, des sondes
Pour ainsi, ce tout, pouvoir contrôler
Et à le comprendre, nous sommes une minorité
Et même l'anarchie est polluée
Par le gauchiste de pouvoir, infiltré
Il faut être hors-la-loi
A toutes les fois
A toutes les pensées conditionnées
A tout ce qui est organisé
De tout ce qui est dit, se méfier
De tout ce qui s'écrit, se distancier
De tout ce qui se fait, se détacher
Toute manifestation
Est une soupape de sécurité
Qui permet à l'oppression, de souffler, de se stabiliser
Qui permet à la fausse contestation
D'être l'opposition, pour un jour, la tyrannie remplacée !
L'opinion publique est fabriquée
La voix de son maître, à décerveler
Intellectuels de gauche et de droite
Aux paroles hypocrites, aux mains moites
Femmes et hommes députés
Sénatrices et sénateurs, ô clique de malhonnêteté
Qui partout massacre les vies
Et ce, dans tous les pays !
Tant et tant, à travers les temps
De manifestations, et jamais le vrai changement !
Car jamais l'individu
Ne change intérieurement, du déjà vu
Manifester spectaculairement
Pour éviter l'ulcère de l'estomac
Manifester spectaculairement
Pour faire comme papa
C'est comme être
Gendarme comme son père
Dermatologue comme sa mère
C'est comme être
L'inconscience qui fait des gosses
La maltraitance qui fait des rosses
C'est comme vouloir
Cinq coups de fouet
Au lieu de dix coups de fouet
C'est comme pouvoir
Se suicider ou se castrer
L'organisation du monde est haineuse
Toutes ses paroles sont mielleuses
Toute la vie sociale est peureuse !
Chaque être humain
Se croit quelque chose
Et de fait, prend toutes les poses
A quand, un mouvement du rien ?
Pour ne plus faire de mal, à défaut du bien
Sans aucun drapeau, sans aucune étiquette
Avec nos airs bêtes, aux fausses fêtes
Mais, il faut être quelque chose
Mais, il faut faire quelque chose
Mais, il faut vouloir quelque chose
Aux belles, offrir des roses
Et plus, pour ceux qui osent
Toujours s'agiter, se manifester
Sa vie dans le travail salarié
Ou autre galère, dans le travail chômé
Nous mourrions dans l'immédiateté
Si nous pouvions nous voir, avec nos idées
Toute idée est une guillotine
Une fois figée, de partout, elle dégouline !
Les industriels, criminels de l'économie
Veulent la désuétude planifiée
Veulent l'obsolescence programmée
Pour le profit, pour l'or accumulé
Le court terme est leur religion
De la camelote, ils aiment à faire fabriquer
A peine utilisée et déjà usée
En somme, c'est du prêt à jeter !
Et contre cela, aucune manifestation
Sur nos figures, se lit, la résignation
Une façon de vivre, pour les nouvelles générations
Les pauvres sont les esclaves des riches
Ils nous mangent, c'est du gibier, de la biche
La machine tourne toute seule
Elle est impitoyable et veule
Tout le monde s'en fiche
Tous et toutes, nous sommes ses rouages
Une huile à tous les mirages
Des cadavres s'échouent sur ses rivages
La gastronomie moléculaire
Pour la survie sur la Terre
L'industrialisation
De la rencontre tarifée
Tant pour la richesse, que pour la pauvreté
Sur nous, nos prix sont affichés
Nous offrons tant, nous valons tant !
Ce que nous pouvons faire
Ce que nous pouvons acheter
Car quoi qu'on en dise
Nous sommes des marchandises
Tout peut se vendre
Comme notre force de travail salarié
Tout peut s'acheter
Comme toute chose réifiée
Cependant, si le patron, a besoin de son ouvrier
L'ouvrier n'a pas besoin de son patron
De même, si le syndicat a besoin du syndiqué
Le syndiqué n'a pas besoin du syndicat
Ainsi, si l'anarchiste a besoin de l'anarchie
L'anarchie n'a pas besoin de l'anarchiste
La solution du problème
Est le problème de la solution
Palindrome dans chaque home
Tapi au creux de notre idiome
Ne pas avoir peur de la peur
Est encore une peur
De même que la démocratie tyrannique
Avec ses nombreuses et variées répliques
A besoin de la manifestation
Pour se régénérer, c'est son alimentation
C'est le chat de Schrödinger
C'est le balai de la sorcière
Des millions d'espèces animales et végétales
Et encore plus d'insectes, c'est phénoménal
Tout a une durée de vie
Tout naît et tout meurt
Il faut partir, c'est l'heure
Dans la sérénité ou l'ignominie
Tout individu est rempli de l'univers
Minéral, végétal, animal, matière animée
Insecte, oiseau, eau, matière inanimée
Feu, glace, molécules, cellules, individu, société
Tout est dans l'individu
Le passé, le présent, le futur
Des autres, il est la mesure
Nous sommes nos miroirs
Que nous ne voulons pas croire
Si avec vos yeux, je me voyais
Tout de suite, je mourrais
Si avec vos oreilles, je m'entendais
A l'instant, je me tairais
Et tout est je, car je est tout
Et tout est nous, car nous est tout
Des tas de je, des tas de nous
Une seule personne à des milliards d'exemplaires
Dans les rivalités affinitaires ou guerrières
D'une identique culture, éducation, programmation
Uniformément, dans toutes les nations
Les femmes sont folles, les hommes sont fous




Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur "hiway.fr"



"Freedom is to tell people what they do not want to hear."

George Orwell (1903-1950)

All events
Involved the false challenge
From the far left to the far right of capital
Are food capital
It's like a fuel
A long string fuses
The same aspirations to manage disaster
The same claims
For the same cadastre
Different bourgeoisies
Advance their pawns
And to avoid the melee
Control of the dispersion
As in any event
Strategy to prevent injuries and deaths
And in December 1944, the CRS are formalized
To refine fire mobile groups reserve, 1941 in Vichy
And already in 1947, CRS = SS is peddled by the strikers
For many former CRS were in German uniform
The in spite of ourselves, in Nazi
Formerly, repression
Showed no mercy, was fierce
Nowadays, you just have to channel it!
Because, above all, anything can be televised
Nothing is insurrectionary
From all sides, everything is in the hands of officials
And always thought leaders
Mandarins, what to repeat
Who know so finely castrate all
And infiltrated all classes
Who speak and write for us
That really nothing changes
For the misery remains in diapers
Indefinitely and put us in the mud!
The bourgeoisies of leftism fascism
Are moving very subtly, as finance
As in 1921, the Gendarmerie of France
Less motionless, less insurance
All politician scum of the deputation
And the worst, most insane
One that inequality, says Clement
The trees, hanging, without exception
This lady said that revolution
Who knows that the false brethren
Are the worst reactionary
And all languages ​​of wood
As you exterminate people like me!
People must organize
Them without any insane policy
No party, no organization, no king
No police, no army, no celebrity
The revolution of the organization
Is the organization of the revolution
To prevent bureaucratization
The new life of poetry
Is the life of the new poetry
Ie, finally life!
Everywhere on the planet Earth
Everything is organized for silent
So we could not do anything about it
Just go and look up
Submission like to submit
She knows all look fly!
Everything is absolutely abominable
We are against any
Is it so objectionable?
Especially when everything is crazy!
But the owners of the world
Have this all probes
So, that all power control
And understand, we are a minority
And even anarchy is polluted
By leftist power, infiltrated
You have to be off-the-law
At all times
A packed all thoughts
For all that is organized
Everything that is said, be wary
Of all that is written to distance
Of all that is, detach
Any event
Is a safety valve
Which allows oppression, blow, to stabilize
Allowing the false challenge
Being the opposition, for a day, replaced the tyranny!
The public is made
The voice of his master, to brainwash
Intellectuals of the left and right
The words hypocrites, the sweaty palms
Women and men MPs
Senators, oh click dishonesty
Who lives around killing
And that, in all countries!
So and so, through time
Events, and never the real change!
Because the individual never
Does not change internally, déjà vu
Demonstrate dramatically
To prevent stomach ulcers
Demonstrate dramatically
To be like dad
It's like being
Policeman like his father
Dermatologist like her mother
It's like being
Unconsciousness makes kids
Abuse that makes nags
It's like trying
Five lashes
Instead of ten lashes
This is like being able
Suicide or castrate
The organization of the world is hate
All his words are honeyed
All social life is fearful!
Every human being
Thinks something
And in fact, take all the poses
When is a movement of nothing?
To not hurt, if well
No flag, no label
With our animals airs, false holidays
But it must be something
But we must do something
But you have to want something
The beautiful, offer roses
And, for those who dare
Always shake, manifest
His life in the paid labor
Or other galley, in the busy work
We die in the immediacy
If we could see with our ideas
Any idea is a guillotine
Once frozen, everywhere, it drips!
Industrial, economic criminals
Want planned obsolescence
Want planned obsolescence
For profit, for gold accumulated
The short term is their religion
Of junk, they like to make
Hardly used and already worn
In short, it's ready to throw!
And against it, any event
Our figures, reads, resignation
A way of life for future generations
The poor are the slaves of the rich
They eat us is the game, the doe
The machine runs alone
She is ruthless and cowardly
Everyone cares
All and all, we are its workings
Oil at all mirages
Corpses washed up on its shores
Molecular gastronomy
For survival on Earth
Industrialization
Priced to meet
As for wealth, for poverty
About us, our prices are displayed
We offer both, we are worth so much!
What we can do
What we buy
Because what they say
We merchandise
Everything can be sold
As our salaried work force
Everything can be bought
Like anything reified
However, if the boss needs his workers
The worker does not need her boss
Similarly, if the union needs the syndicated
The union does not need union
Thus, if the needs of the anarchist anarchy
Anarchy does not need the anarchist
The solution of the problem
The problem is the solution
Palindrome in each home
Nestled in the palm of our language
Do not be afraid of fear
Is still a fear
As the tyrannical democracy
With its many and varied replies
Needs of the event
To regenerate is its power
This is Schrödinger's cat
This is the witch's broom
Millions of plant and animal species
And more insects, it's phenomenal
Everything has a shelf life
Everything is born and everything dies
He must go, it's time
In the serenity or the ignominy
Everyone is full of the universe
Mineral, vegetable, animal, animate matter
Insect, bird, water, inanimate matter
Fire, ice, molecules, cells, individual, partnership
It's all in the individual
The past, present and future
For others, it is far
We are our mirrors
We do not want to believe
If your eyes, I saw myself
Immediately, I would die
If with your ears, I heard
At the moment, I held my tongue
And everything I do, because I is
And everything is us because we are all
I lot of, lots of us
One Person billions of copies
In affinity or warlike rivalry
In a similar culture, education, programming
Uniformly in all nations
Women are crazy, men are crazy




Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat said the guest on "hiway.fr"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.