US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Education
Paraphysique du néant
14 May 2013
La guerre est sans cesse, contre l'individu, contre la société, contre la paix...
" L'espoir est un poison "


Christophe Khider ( né en 1971 ) évadé de la centrale de Moulins en 2009


En France, l'évasion est punie
Par la loi, c'est le seul pays
Le pays des patrons
Le pays des matons
Tout le monde à l'isolement
La prison de l'école
L'école de la prison
A la répression, il faut apporter son obole
Des esclaves, pour des riches, défendre le pognon
Oui, l'espoir est un poison
Il rime avec soumission, pas avec évasion
Il rime avec compromission, pas avec abolition
Je joins mon salut solidaire
A tous les prisonniers, toutes les prisonnières
Et c'est sincère
De France, du monde, c'est planétaire
Tous ceux et toutes celles, que l'on fait taire !
Un million de personnes
Se suicident chaque année dans le monde
Deux millions de personnes
Meurent de tuberculose chaque année dans le monde
Beaucoup plus que les guerres
Beaucoup plus que les homicides
Oh, qu'il fait bon vivre sur Terre !
Face à cela, nous restons placides
Nous pensons ne rien pouvoir y faire
Le corbeau calédonien ce singe à plumes
Ni ne se suicide ni ne fume
Comme les animaux humains, il se sert d'outils
Et pour les autres, n'a pas de mépris
Comme l'éléphant ce géant
Comme le chimpanzé ce rusé
Sur des millions d'espèces
Cela fait peu
Ces animaux ne vont pas à la messe
Et sur eux, nous en connaissons si peu !
Et de leur organisation, nous sommes envieux
Comme le corbeau à gros bec
Qui avec un cintre récupéré, fait son nid
Et qui du haut des arbres, nous épie
Cet oiseau est un drôle de mec
La troisième guerre mondiale
Est là sous nos yeux
Partout elle allume ses feux
Comme un cheval qui s'emballe
De pays en pays, elle cavale !
L' islamisme pire que le nazisme
Et de son cercueil mal fermé, revoilà le fascisme
L'humanité est tombée dans son précipice
De la bouteille à encre sortent les maléfices
D'une liqueur contenant toutes les pisses
Non, écrire sur la prison
Ne signifie pas que l'on est soi-même en prison
Non, écrire sur la criminalité
Ne signifie pas que l'on a soi-même tué
Même si tout fonctionne comme une prison
Obligé de préciser, en ce temps d'imbécillité
Où tout se voue à la médiocrité
Et tout est criminel car tout est oppression
Mais beaucoup de gens
Ne savent pas lire
De la compréhension, ils sont indigents
C'est seulement l'intérêt pécuniaire, qu'ils savent écrire
C'est le faux qui s'affiche
Faux seins, fausses paroles, dont l'humanité s'entiche
L'illusion fait son tour de piste
Le palpitant de battre s'est arrêté
C'est sous feu ( 1494 - 1547 ) François premier
Qu'apparaît le mot majesté
Mais déjà en 1539, c'est le raccommodage
Des patois et divers adages
Pour en faire la langue du roi
Le langage de France fait loi
Les mots sont toujours de leur temps
Ils sont vieux, ils sont enfants
Ils se dispersent comme les vents
La surpopulation c'est l'absolutisme
C'est l'humanité atteinte d'autisme
Les femmes aux gros ventres
Avec leurs parasites, dont c'est l'antre
Il faut l'avortement et la contraception
Sinon, jamais de révolution
Mais la tyrannie aime la guerre
Il lui faut des enfants
Des pères et des mères
Il ne faut jamais voter
Il ne faut jamais enfanter
Il ne faut jamais se marier
La Terre est si belle
L'homme est venu, à la beauté, rebelle
L'homme a tout massacré
L'homme a tout saccagé
Suprême terreur, il s'est multiplié !
A cette horreur, impossible d'échapper
Il n'y a jamais rien eu
A part la plus-value
Tout est à faire
C'est évident, c'est pas révolutionnaire
La psychiatrie est une police
Qui classifie, fabrique la norme
Pour que la prétendue normalité se forme
Tout doit être lisse !
La psychanalyse est prétentieuse
Elle ne rend pas la vie heureuse
Elle interprète, elle juge
Elle infériorise, elle est comparative
Elle donne des leçons, comptabilise
Elle nous regarde de haut
Elle nous prend pour des idiots
Pourtant, elle va toujours mal
C'est son illusion, son snobisme, son scandale !
Tout doit être défait
Car absolument tout est surfait
Je ne me réclame que de moi
Plus aucun chef, plus aucun roi
Je ne me réclame que de moi
En rien, je n'ai aucune foi
Je ne me réclame que de moi
Cela est ma seule loi
Ainsi plus le moindre mandarin
La hiérarchie tombe dans un ravin
Vous êtes moi, je suis vous
Cela suffit et c'est tout !
Comme le dit fort justement
Iggy Pop ( né en 1947 ) sur aujourd'hui, à propos du cinéma
C'est de la merde, oui d'accord, c'est du vent
Mais hélas, qui se vend
Pas comme the Stooges, matrice du punk
Que j'écoutais quand j'étais jeune punk
Avec les New York Dolls, grand groupe
Et même si je n'avais pas la future coupe
J'étais chevelu, mais je mangeais la même soupe
Mes cheveux sont toujours longs
Un punk à l'américaine, au fond !
Mais sans aucun fanatisme
Pouvant avec éclectisme
Entendre du Mozart ou du Satie
Comme du punk, du rock, ou de l'anarchie
Les voleurs de poules, en 1945, enfants des rues
Les beaux enfants perdus
D'hier à aujourd'hui, la racaille des banlieues
A qui, j'envoie mes meilleurs voeux
C'est le politicien qui roucoule
Il nous vomit, il nous baille
Le politicien est la véritable canaille !
La délinquance vraie est politicienne
Avec ses escroqueries vauriennes
C'est elle qui pue
C'est elle qui nous tue !
En France et partout ailleurs
C'est toujours la même heure
Les mêmes misères
Les mêmes réactionnaires
Dont il faudra, un jour, se défaire !
Comme les fils des bourgeoisies riches
Supporters de football qui s'y nichent
Sans aucune conscience, ivres de violence
Nazis et fascistes, c'est l'évidence !
La guerre ne cesse jamais
Contre l'individu, contre la société, contre la paix
C'est la guerre totale dans tous les faits
La troisième guerre mondiale n'est pas commencée
La guerre est partout, année après année
C'est vous, c'est nous, c'est il, c'est elle, c'est moi, c'est toi




Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur "hiway.fr"





"Hope is a poison"


Christophe Khider (born 1971) escaped from the center of Moulins in 2009


In France, evasion is punishable
By law, this is the only country
The country patterns
The country hacks
Everyone in isolation
The prison school
School of jail
The repression must bring his offering
Slaves to the rich, defend loot
Yes, hope is a poison
It rhymes with submission, with no escape
It is synonymous with compromise, not with abolition
I enclose my salvation solidarity
To all the prisoners, all prisoners
And it is sincere
In France, the world is global
All the men and women that are silenced!
One million people
Commit suicide each year worldwide
Two million people
Die of TB each year worldwide
Many more people than wars
Much as homicides
Oh, it is good to live on Earth!
In response, we remain placid
We believe nothing can be done
The Caledonian crow feathers that monkey
Nor suicide or smoke
As human animals, it uses tools
And for others, not contempt
As the giant elephant
As the chimpanzee this crafty
Out of millions of species
It makes little
These animals do not go to Mass
And in them, we know so little!
And organization, we are envious
As the thick-billed raven
Who recovered with a hanger, makes its nest
And from trees, spying on us
This bird is a funny guy
World War III
Is before our eyes
Everywhere she turns on its lights
Like a runaway horse
From country to country, it loose!
The Islam worse than Nazism
And its not closed coffin back again fascism
Humanity has fallen into the abyss
Bottle of ink spells out the
In a liquor containing all pisses
No, writing about the prison
Does not mean that one is oneself in prison
No, writing about crime
Does not mean that one has killed himself
Even if everything works as a prison
Obliged to specify in this time of imbecility
Where everything is doomed to mediocrity
And because everything is criminal oppression
But many people
Do not read
Understanding, they are poor
It is only the pecuniary interest, they can write
It is false that appears
Fake boobs, fake words which humanity becomes infatuated
The illusion is his lap
The thrilling fight stopped
It is under fire (1494 - 1547) Francis I.
Appears the word majesty
But already in 1539, the mending
Patois and various sayings
To make the language of the King
The language of France is law
The words are always of their time
They are old, they are children
They scatter like the wind
Overpopulation is the absolutism
It is humanity with autism
Women with big bellies
With their parasites, which is the cave
It should abortion and contraception
Otherwise, not revolution
But tyranny like war
He needs children
Fathers and mothers
You should never vote
You should never give birth
You should never marry
The Earth is so beautiful
The man came to the beauty, rebel
Man killed while
The man on the rampage
Supreme terror, it is multiplied!
In this horror, unable to escape
There's never been anything
Apart from the gain
Everything is done
It's obvious, is not revolutionary
Psychiatry is a policy
Which classifies manufactures standard
For the alleged normality form
Everything should be smooth!
Psychoanalysis is pretentious
It does not make a happy life
It interprets it deems
She made inferior, it is comparative
She gives lessons, records
She looks down on us
She takes us for idiots
However, it will always hurt
It is his illusion, his snobbery, the scandal!
Everything must be defeated
Because absolutely everything is overrated
I claim that I am
More no leader, no more king
I claim that I am
Nothing, I have no faith
I claim that I am
This is my only law
And the lesser Mandarin
The hierarchy falls into a ravine
You are me, I am
Enough is enough and that's all!
As rightly said
Iggy Pop (1947) on today about the cinema
This is crap, yes agree, it is the wind
But alas, that sells
Not like the Stooges, punk matrix
I listened to when I was a young punk
With the New York Dolls, large group
And even if I did not cut the future
I was hairy, but I ate the same soup
My hair is still long
A punk in the U.S., at the bottom!
But without fanaticism
Up with eclecticism
Hear Mozart or Satie
As punk, rock, or anarchy
The chicken thieves in 1945, street children
The beautiful Lost Children
From yesterday to today, the scum of the suburbs
Who, I send my best wishes
It is the politician who coos
He vomits us, we yawn
The politician is the real villain!
The real crime is politician
With vauriennes scams
It was she who stinks
It is what is killing us!
In France and elsewhere
It is always the same time
The same miseries
The same reactionary
He will one day get rid!
As the son of the rich bourgeoisie
Football fans who nest
Without consciousness, drunken violence
Nazis and fascists, it's obvious!
The war never ends
Against the individual against society, against the peace
This is total war in all the facts
The third world war has not begun
War is everywhere, year after year
This is you, this is us, this is it, this is it, it's me, it's you




Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat said the guest on "hiway.fr"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.