US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Hydroponie et tribologie
22 Jan 2015
Quand la solution est toujours un problème...
C'était déjà avec le silex
La tribologie est donc son ex
Cette science de l'usure et du frottement
Le mot date de 1966, c'est étonnant
Vibrations, abrasifs, cosmétiques
Coefficient du frottement
Industrialisation du frottement
Et un jour pour les préservatifs
Ce qui n'a rien de fictif
Et dans le même temps
C'est finalement assez détonnant
Ou tout à fait paradoxalement
Au Japon, en Chine
Et ailleurs, des mers, ce sont des mines
Les méduses géantes
Deux mètres, 200 kg, elles sont impressionnantes
Les méduses, depuis 500 millions d'années
Sur la Terre, elles sont en activité
Certaines vivent un an
Huit yeux, huit bras, c'est sidérant
Chaque méduse peut pondre un milliard d'oeufs
Sur les poissons, elles font feu
C'est une catastrophe écologique
A cause du réchauffement climatique
Cette Nemopilema Nomurai, si envahisseuse
Mange le zooplancton, dix kilomètres par jour, voyageuse
Il n'y aura plus que cela à pêcher
Mais la technologie
Mais l'industrie
Pensent tout pouvoir solutionner
Si c'est comme pour les vaccins
Avec le phosphate de calcium, c'était bien
Mais avec l'hydroxyde d'aluminium, c'est criminel et crétin
L'industrie le sait, mais n'y fait rien
La société spectaculaire marchande techno-industrielle
Seul le profit compte pour elle !
L'aluminium comme adjuvant
Ou autre, il y en a partout, c'est terrifiant
Et dans le corps des zones mortes
Comme les 400 zones mortes
L'action des méduses, mers et océans
C'est 96 pour cent d'eau, une méduse
La nature est une grande ruse
Et si avec l'hydroponie
L'agriculture urbaine peut se passer de terre
Les poissons ne peuvent vivre sans eau
Il y a des limites au faux
Agriculture urbaine ou la ferme verticale
Sur les toits, un moindre mal
Demain
Il faudra nourrir les citoyennes et citoyens
Qui pour la plupart seront citadines et citadins
Aujourd'hui
Quarante tonnes de nourriture
Et ce à chaque seconde
Et ce dans le monde
Sont jetées aux ordures
Hydroponie du hors-sol
Pour l'agriculture naturelle, pas de bol
Et avec les écocités
Qui ne font pas rêver
6,3 milliards de gens
Dans les villes, en 2050, c'est effarant
Au moins, car sans limitation de la naissance
Tout devient vite de l'indécence
La surpopulation ce sujet tabou
En parler c'est être folle ou fou
Et même
Si 400 kg d'eau sont nécessaires
Pour 1 kg de légumes en plein air
Et même
Si 12 kg d'eau seulement sont nécessaires
Pour 1 kg de légumes en artificielle lumière
Dans la technologie
Dans l'industrie
Toute solution est un nouveau problème
Qui n'est que le problème de la solution
Le problème de la solution d'un problème !
LED partout
Nature artificielle partout
U-Cité au gaz naturel liquéfié
Comme Londres , Shanghai, futures écocités
Où absolument tout sera connecté dans la surveillance
Même quand vous urinerez, quelle démence !
Et chaque semaine
Dans le monde, quelle déveine
1 million de personnes viennent s'installer
Dans des villes, de la campagne, ils et elles sont chassés
Capteurs et algorithmes
Qui bientôt régiront les villes
Villes transparentes que la surveillance pille
Et que la dépersonnalisation rythme !
Toute l'activité humaine sera régulée
Par des prédictions mathématiques codifiées
Hiérarchisation de l'espace urbain
Hiérarchisation des populations, c'est pas malin
En 2015, avant, après
Tout a été, est, sera, conceptualisé à cet effet
Flux et reflux sans aucune magie
U-Cité sans aucune vie
Villes et humains numérisés
Dans des lieux significatifs, parqués
Mais des lieux pour riches, sécurisés
Mais des lieux pour pauvres, délaissés
Finalement, c'est la mentalité qui doit muter
Sinon rien ne peut jamais changer !
Il n'y a plus, déjà, de communication humaine
Tout passe par des machines, des biais
Il n'y a plus l'être
Depuis longtemps c'est le paraître !
Et l'industrialisation
Qui ne produit que de la pollution
C'est par exemple, pour le cancer
355.000 cas en 2012, exemplaire
Rien qu'en France
Voilà le travail de la finance
Où il y a 300.000 sites pollués
Au minimum, le reste étant caché
Déchets nucléaires, déchets toxiques
Sous les sols, infernale gymnastique
Et l'on construit dessus
Des gens y habitent, la vérité est crue
Et la moitié des richesses du monde
C'est 80 personnes sur 7 milliards, immonde
Et bientôt, c'est à vomir
1 pour cent de la population, il faut le redire
Sera plus riche que les 99 pour cent restants
Et cela n'est pas un complot
Pour toute une variété d'idiotes et d'idiots
Mais une simple vérité
Que tout le monde peut vérifier
A condition de savoir où chercher
Et aussi des écoquartiers
Qui sont donc bâtis sur des sites pollués
Et la nappe phréatique
A son tour empoisonnée
Comme c'est sympathique
Amiante et autre, hier, aujourd'hui et demain, nouveaux bébés
Pollutions diverses, guerres diverses, quelle société
Tout le monde y est condamné !
Et des gens qui continuent de voter
Pour toutes sortes de crapules assermentées
C'est ce qui fait l'impétrant
C'est ce qui fait le tyran
Et ce n'est pas, la quatrième dimension, " The twilight Zone "
( 1959 à 1964 ) mais notre monde qui tonne
Nous sommes enfermés
Dans nos déterminismes
Nous sommes immobilisés
Dans nos automatismes
Ce qui fabrique notre façon de penser
Et qui formate donc notre façon de nous comporter
En prendre conscience pour les détourner
En tenir compte pour les utiliser
Pour faire autrement ou inéluctablement en crever !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


It was already with flint
Tribology is thus its ex
This science of wear and friction
The word goes back to 1966, it is astonishing
Vibrations, abrasives, cosmetics
Coefficient of friction
Industrialisation of friction
And a day for the condoms
What does not have anything fiction
And in same time
It is finally enough clashing
Or completely paradoxically
In Japan, in China
And elsewhere, of the seas, they are mines
Giant jellyfishes
Two meters, 200 kg, they are impressive
Jellyfishes, since 500 million years
On the Earth, they are in activity
Some live one year
Eight eyes, eight arm, it is striking
Each jellyfish can lay a billion eggs
On fishes, they make fire
It is an ecological catastrophe
Because of climate warming
This Nemopilema Nomurai, if envahisseuse
Eat the zooplankton, ten kilometers per day, passenger
There will be nothing any more but that to fish
But technology
But industry
Think all of being able to solve
If it is as for the vaccines
With calcium phosphate, it was well
But with the aluminium hydroxide, it is criminal and cretin
Industry knows it, but done nothing there
The techno-industrial commercial spectacular company
Only the profit counts for it!
Aluminium like additive
Or other, there is everywhere, it is terrifying
And in the body of the dead zones
Like the 400 dead zones
The action of the jellyfishes, seas and oceans
They is 96 percent of water, a jellyfish
Nature is a great trick
And so with the hydroponie
Urban agriculture can do without ground
The fishes cannot live without water
There are limits with the forgery
Urban agriculture or the firm vertical
On the roofs, a less evil
Tomorrow
It will be necessary to nourish the citizens and citizens
Who for the majority will be town and town
Today
Forty tons of food
And this at each second
And this in the world
Are thrown to the refuse
Hydroponie of the out-ground
For natural agriculture, not of bowl
And with the ecocities
Who do not make dream
6.3 billion people
In the cities, in 2050, it is frightening
At least, because without birth-control
All becomes quickly of indecency
Overpopulation this subject taboo
In speaking is to be insane or insane
And even
If 400 kg of water are necessary
For 1 kg of vegetables in the open air
And even
If 12 kg of water only are necessary
For 1 kg of vegetables in artificial light
In technology
In industry
Any solution is a new problem
Who is only the problem of the solution
The problem of the solution of a problem!
LED everywhere
Artificial nature everywhere
U-city with liquified natural gas
Comme Londres, Shanghai, future ecocities
Where absolutely all will be connected in the monitoring
Even when you urinate, what a insanity!
And each week
In the world, which bad luck
1 million people come to settle
In cities, campaign, they and they are driven out
Sensors and algorithms
Who soon will govern the cities
Transparent cities that the monitoring plunders
And how the depersonalization puts rhythm into!
All the human activity will be controlled
By codified mathematical predictions
Hierarchisation of urban space
Hierarchisation of the populations, it is not malignant
In 2015, front, afterwards
All was, is, will be conceptualized for this purpose
Flow and backward flow without any magic
U-city without any life
Cities and human digitized
In significant places, parked
But of the places for rich person, secure
But of the places for the poor, forsaken
Finally, it is the mentality which must transfer
If not nothing can never change!
There is no more, already, of human communication
Any master key by machines, skews
There is no more the being
For a long time is to appear it!
And industrialisation
Who produces only pollution
It is for example, for cancer
355,000 cases in 2012, specimen
Only in France
Here is the work of finance
Where there are 300,000 polluted sites
At least, the rest being hidden
Nuclear waste, toxic wastes
Under the grounds, infernal gymnastics
And one builds above
People live there, the truth is harsh
And half of the wealths of the world
They is 80 people out of 7 billion, unclean
And soon, it is to be vomitted
1 percent of the population, it should be repeated
Will be richer than the 99 remaining percent
And that is not a plot
For a whole variety of idiots and idiots
But a simple truth
That everyone can check
On condition that knowing where to seek
And also of the écoquartiers
Who are thus built on polluted sites
And water table
In its poisoned turn
As it is nice
Asbestos and other, yesterday, today and tomorrow, new babies
Various pollution, various wars, which company
Everyone is condemned there!
And of people who continue to vote
For all kinds of sworn in villains
It is what makes the recipient
It is what makes the tyrant
And it is not, the fourth dimension, “The twilight Zone”
(1959 to 1964) but our world which thunders
We are locked up
In our determinisms
We are immobilized
In our automatisms
What manufactures our way of thinking
And which formate thus our way of comprising us
In becoming aware to divert them
In taking account to use them
To make differently or ineluctably to burst some!


Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway.fr”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.