US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Biodiversité ou la nature privatisée
07 Feb 2015
Changer ou disparaître...
" La vitesse d'extinction des espèces, c'est cent à mille fois plus rapide que
la moyenne géologique des cinq cent mille dernières années. "

Christophe Bonneuil ( né en 1968, historien des sciences )

1865
L'abattage industriel
La souffrance animale, pas belle
Il faudrait pratiquer le végétarisme
Le végétalisme et le véganisme
Ou c'est mieux que rien
Et à tout le moins
L'accommodement raisonnable, du flexitarien
Et il y a au moins
Quatre fois plus de végétariennes et de végétariens
En Angleterre et en Allemagne, c'est certain
Qu'en France, du carnivore communiel
C'est la catholicité si formelle
Avec son commensalisme contractuel
Même si cela est un peu partout pareil
Et si la majorité de gens en France
Sont carnivores, la plupart, pour les animaux
Sont contre la souffrance
A ce point de contradiction, cela est sot
Pas tant que cela
Car les êtres humains se tuent entre eux, voilà !
Tout est comme un alphabet
Qui n'a finalement rien de secret
Comme le mal que tu me fais
C'est à toi aussi que tu le fais
Comme le mal que je te fais
C'est aussi à moi que je le fais
C'est l'histoire de l'humanité
C'est l'histoire de la conscience aliénée
Ainsi
Si passer du coq à l'âne
Fait passer pour insane
Mais il ne peut en être ainsi
Dans notre monde où tout est si
Le monde du complexe militaro-industriel
Où tout travail salarié est son miel
Cela produit du géopolitique
Cela produit du géoéconomique
Où la paix n'intéresse personne
Car c'est la guerre, qui tout, conditionne !
Comme en 1885
La conférence de Berlin, l'Afrique
Pour l'Europe une pompe à fric
Colonialisme, impérialisme
Le discours logique du fascisme
Chine, France, Amérique
C'est maintenant, ô lutte homérique
Il faut aller à la source
Pour prendre possession des ressources
L'Amérique qui a des bases partout
Aussi, il fallut éliminer feu ( 1942-2011 ) Kadhafi, ce tyran fou
Car ancien dirigeant de l'unité africaine
Qui dérangeait les visées américaines
Africom
Qui se conjugue à tous les tomes
A quand US GO HOME
Qui eut pourtant son Danone
A 21 millions d'euros d'amende à se faire rembourser
Pour de Danone, de la mensongère publicité
A des Etats américains, l'escroqueur escroqué
C'est un peu
Donc, le tyran tyrannisé
C'est un peu
L'inhumanité à laquelle personne ne peut échapper !
Il est pourtant vrai
Cependant c'est un fait
Du moins pour l'Europe
Sans que nullement je me moque
Que les crimes et délits
N'ont fait que diminuer, c'est ainsi
En 1626 à Stockholm
C'était tout à fait la norme
Un peu partout à cette époque
A cela pas la moindre équivoque
80 meurtres par an
Tous les soirs des vols
Le travail dur des enfants
La nourriture et le coucher comme obole
Cela n'était jamais vraiment, ni pire, ni mieux, avant
La souffrance est de tous les temps
Diverses formes, diverses variétés
Dans la fragmentation, rien n'est si différent !

" L'art de vivre... Le plus grand de tous les arts au monde, est
l'art de vivre "

Jiddu Krishnamurti, philosophe holiste ( 1895-1986 )

Et comment vivre
Dans un monde
Où à l'argent tout se livre
Cet argent qui rend tout immonde !
Capital naturel
Capital artificiel
Capital de la culture
Capital de la nature
Marché de l'environnement
L'environnement du marché
Et des services écosystémiques
Sous l'emprise des lois économiques
Quand déjà onze pour cent de l'écosystème
Est seulement en bon état, le marché se démène
Quand la crise écologique
Devient une opportunité économique
Et pour le secteur privé
Encore plus de marché
La nature devenue une valeur monétaire
Nature privatisée par la banque réactionnaire
C'est la biobanque
Qui vend des actions nature, son tank
Le capital sait s'adapter
Et des actions nature pour compenser
Du capital la fausse bonne volonté
Des actions pour les espèces menacées
Marché du carbone crédit
Spéculation du carbone crédit
Bayer, Vale, Nestlé, des multinationales
Et autres bourses vertes du capital
Comme pour la mouche des sables, c'est banal
Première mouche américaine
En voie d'extinction, la vilaine
Et des actions de banque pour la protéger
Le règne de la nature privatisée
La révolution industrielle
N'est pas belle
Population mondiale multipliée par six
Consommation de l'eau multipliée par trois
Taux de carbone dans l'atmosphère multiplié par deux
La moitié des forêts tropicales
N'existe plus, c'est infernal !
Les abeilles qui pollinisent se meurent
200 milliards de dollars de labeur
Le beurre et l'argent du beurre
C'est ou c'était gratuit, l'être humain est son tueur
Il faut maintenant les louer
Pour les récoltes, pouvoir polliniser
La finance privatise la nature
C'est son vol, sa fermeture
Mais nous sommes ce que nous pensons
Et c'est donc ainsi que nous nous organisons
Pas étonnant tous les stress
Du stress aigu au stress chronique
La rançon de la vie économique
De la biopsychosociologie des cancers, c'est la messe
De la biogenèse du cancer, sa stase
De l'inhibition de l'action, qui nous gaze
Le capital de nos mentalités
Les mentalités du capital
Cancer du capital
Capital du cancer
Et revoilà Henri Laborit et Hans Selye
Avec le cortisol comme seule paye
Certes au dix-huitième siècle
Les rues de Paris puaient les déchets
Excréments, viscères, autres méfaits
Sur les beaux vêtements s'affichaient
Malgré les décrotteurs
L'ordure éclaboussait à toute heure
Eaux usées dans la Seine
Foetus jetés par des femmes en peine
Chaque époque a ses problèmes
Mais c'était comme un poème
Mais aujourd'hui, la pollution comme principal thème !
Et c'est deux à cinq fois plus pollué chez soi
Qu'à l'extérieur et donc hors de chez soi
Comme les 500 milliards en publicité
Qui chaque année sont dépensés
Alors que dix pour cent de cette somme
Résoudrait le problème de la faim, c'est scandaleusement énorme !
Il ne faut pas applaudir
Il ne faut plus applaudir
Qui que ce soit
Quoi que ce soit
Car c'est toujours soi-même
Que l'on applaudit
Et à tort ou à raison, c'est une supercherie
Il ne faut pas applaudir
Il faut simplement réfléchir
Sur soi-même
De soi-même
Il ne faut avoir aucune image
Toute image est un mirage
Comme dans le ciel les nuages
Ne rien enregistrer
Pour ne pas être flatté ou blessé
Tout être humain doit intégralement changer
De A à Z, sinon, terminus pour l'humanité
En finir avec l'opinion perroquet
L'opinion idiosyncrasique, c'est moins niais !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


“The speed of extinction of the species, it is hundred to thousand times the faster than
five hundred and thousand last years the geological average. “

Christophe Bonneuil (born in 1968, historian of sciences)

1865
Industrial demolition
The suffering animal, not beautiful
The vegetarianism would have to be practised
Vegetarianism and veganism
Or it is better than anything
And at the very least
The reasonable compromise, of the flexitarien
And there is at least
Four times more vegetarians and vegetarians
In England and Germany, it is certain
That in France, of the carnivore communiel
It is so formal catholicity
With its contractual commensalism
Even if that is similar a little everywhere
And if majority of people in France
Are carnivorous, the majority, for the animals
Are against the suffering
This point of contradiction, that is stupid
Not as much as that
Because the human beings kill themselves between them, here!
All is like an alphabet
Who does not have finally anything secrecy
As evil that you make me
It is with you also that you do it
As evil that I make you
It is as with me as I do it
It is the history of humanity
It is the history of the alienated conscience
Thus
If change the subject
Fact of passing for insane
But it cannot be thus
In our world where all is if
The world of the complex militaro-industrialist
Where any paid work is its honey
That produced of geopolitics
That produced of the géoéconomique one
Where peace does not interest anybody
Because it is the war, which all, conditions!
As in 1885
The conference of Berlin, Africa
For Europe a pump with money
Colonialism, imperialism
The logical speech of Fascism
China, France, America
It is now, ô Homeric fight
It is necessary to go to the source
To take possession of the resources
America which has bases everywhere
Also, fire (1942-2011) had to be eliminated Kadhafi, this insane tyrant
Because old directing African unit
Who disturbed the American aimings
Africom
Who combines himself with all the volumes
With when US GO HOME
Who however had his Danone
To 21 million euros of fine to be made refund
For Danone, untrue publicity
In American States, the swindled escroquor
It is a little
Therefore, the tyrannized tyrant
It is a little
The inhumanity from which nobody can escape!
It is however true
However it is a fact
At least for Europe
Without by no means I making fun
That crimes and offences
Did nothing but decrease, it is thus
In 1626 in Stockholm
It was completely the standard
A little everywhere at that time
With that not least ambiguity
80 murders a year
Every evening of the flights
Hard child work
Food and to lay down it like mite
That was never really, neither worse, nor better, front
The suffering is of all times
Various forms, various varieties
In fragmentation, nothing is so different!

“Lifestyle… Largest of all arts in the world, is
lifestyle “

Jiddu Krishnamurti, philosophizes holist (1895-1986)

And how to live
In a world
Where to the money all is delivered
This money which makes very unclean!
Natural capital
Artificial capital
Capital of the culture
Capital of nature
Market of the environment
Environment of the market
And of the services ecosystemic
Under the influence of the economic laws
When already eleven percent of the ecosystem
Is only in good state, the market thrashes about
When the ecological crisis
Becomes an economic opportunity
And for the private sector
Still more market
Nature become a money value
Nature privatized by the bank reactionary
It is the biobanque one
Who sells actions nature, his tank
The capital can adapt
And of the actions nature to compensate
Capital distorts it good will
Actions for the endangered species
Market of carbon credit
Speculation of carbon credit
Bayer, Vale, Nestlé, of the multinationals
And other green purses of the capital
As for the fly of sands, it is banal
First snuffs American
In process of extinction, the unpleasant one
And of the actions of bank to protect it
The reign of privatized nature
The industrial revolution
Is not beautiful
World population multiplied by six
Consumption of the water multiplied by three
Carbon rate in the atmosphere multiplied by two
Half of the tropical forests
Do not exist any more, it is infernal!
The bees which pollinate die
200 billion dollars of labour
The butter and money of butter
It is or it was free, the human being is its killer
They should now be rented
For harvests, power to pollinate
Finance privatizes nature
It is its flight, its closing
But we are what we think
And it is thus as we organize ourselves
Not astonishing all the stresses
Acute stress with the chronic stress
The ransom of the economic life
Biopsychosociology of cancers, it is the mass
Biogenesis of cancer, its damning up
Inhibition of the action, which gasses us
The capital of our mentalities
Mentalities of the capital
Cancer of the capital
Capital of cancer
And revoilà Henri Laborit and Hans Selye
With cortisol as only pay
Admittedly at the eighteenth century
The streets of Paris stank waste
Excrements, internal organs, other misdeeds
On beautiful clothing were displayed
In spite of the root-cleaners
The refuse splashed at any hour
Waste waters in the Seine
Foetuses thrown by women in sorrow
Each time has its problems
But it was like a poem
But today, pollution like main theme!
And it is two to five times more polluted at home
That outside and thus out of at home
Like the 500 billion in publicity
Who each year are spent
Whereas ten percent of this sum
Would solve the problem of the hunger, it is scandalously enormous!
One should not applaud
One should not any more applaud
Anyone
Anything
Because it is always oneself
That one applauds
And wrongly or rightly, it is a trickery
One should not applaud
It is simply necessary to reflect
On oneself
Of oneself
One should not have any image
Any image is a mirage
As in the sky clouds
Nothing to record
Not to be flattered or wounded
Any human being must completely change
Of A to Z, if not, terminus for humanity
In finishing with the opinion parrot
The idiosyncrasic opinion, it is less denied!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway.fr”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.