US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Paraphysique de grève générale insurrectionnelle
26 Mar 2016
Manifestation, grève générale, insurrection...
Il s'opère
Comme l'on dit, c'est dans l'air
Une sorte de professionnalisation
De toute relation humaine
Quand toute gratuité est vaine
Car, il faut payer pour se rencontrer
Le sexe, l'aventure, le copinage, l'amitié
C'est le monde des annonces
Aucune solitude n'y renonce
Alors que :
" Dans le monde du chacun et chacune pour soi
L'on est forcément seul avec soi "
De la déception, tout le monde avec sa croix
Personne
Ne peut rencontrer personne
Dans un monde de séparation
Dans un monde de l'illusion
Dans un monde de la tradition
Qui est avant tout le monde de la répression
Toujours sous le prétexte de la prévention
Le terrorisme privé ou étatique
Au système, est la moins bonne critique
Mieux vaut encore des cagoules
Dans les manifestations, contre l'autorité, des coups de boule
Le terrorisme du système
Est le système du terrorisme
Prétexte imparable contre la liberté
Au capital, le terrorisme est le meilleur allié !
Le capital renforce le terrorisme
Le terrorisme renforce le capital
Cela nourrit la répression
Cela nourrit l'exclusion
Cela nourrit la déraison
Cela nourrit le soupçon
Tout devient suspect
Il n'y a plus que du mauvais
Il n'y a plus aucune bienveillance
Il n'y a plus que de la surveillance
Comme ce petit exemple, en France
La loi sur les transports
Qui à la fraude fait du tort
De la prison pour cinq contraventions impayées
Et si quelqu'un, le contrôleur, ose le signaler
Le tarif, c'est deux mois de prison
Ou donner une fausse adresse, la tentation
Ou vouloir se sauver, même admonestation
Pourtant
En France, c'est vraiment dément
Surtout qu'un détenu coûte 180 euros par jour
Au contribuable c'est jouer un mauvais tour
Des milliers d'euros pour le transfert
Du tribunal à la mesure disciplinaire
L'organisation du monde est réactionnaire
Et l'acceptation pour toujours se taire !
Comme quoi tout est lié
Avec le fascisme toujours régénéré
En Allemagne
La cinquième meilleure vente de livres
" Mein Kampf " que notre époque délivre
59 euros pour deux volumes
Dans le domaine public, encore succès posthume
Et toujours la marche arrière
Dans son camp, toujours le faux frère
D'une façon l'autre, terrible évidence
Comme une éternelle latence
C'est l'éternel retour
De toute guerre, l'inhumanité humanité est pour
Et malgré la scolarisation
Et malgré la socialisation
Pour au capital, l'adaptation
Car, en 1866, en France, un conscrit sur trois
Ne savait pas lire
Ne savait pas écrire
De ce temps, c'était une loi
Et 40 pour cent des jeunes mariés
Un registre d'état civil, incapables de le signer
Ce qui fit la nécessité
En 1866, de la " Ligue de l'enseignement "
Ce qu'on lui doit est oublié
Avec un grand réseau, un grand mouvement
Des bibliothèques municipales
Ciné-clubs, colonies de vacances, pas si mal !
Tout aurait pu être chouette
Sans les bureaucraties si bêtes
Avec l'anarchie dans les têtes
Pour la vie des gens, une gestion directe
Tout à la disposition, tout en fonction
Au-delà de toute organisation
Tout est pourtant si laid sous sa majesté capital
Tout y est dégueulasse, tout y fait mal
Et toujours une loi El connerie
Pour scotomiser toutes les autres conneries
Une habile façon de les faire passer en catimini !
Ainsi
Pour beaucoup, c'est une tragédie
Chaque jour en France
Pour la précarité c'est la sentence
Du premier avril au 31 octobre
Par la force publique, véritable opprobre
Soixante ménages sont expulsés de leur logement
Une horreur, une honte, totalement navrant
Avec le retour de la grande pauvreté
De rien, il ne faut s'étonner
Et ainsi en 2015
Les françaises et français ont englouti
819 millions de pizzas, mais oui
Pour la moitié, c'est du surgelé
Et les françaises et français en ont mangé
11 kg par personne et par an
Deux fois plus que les italiennes et italiens, c'est étonnant
Tout ce qui arrive sur cette planète, est sidérant !
Bref, de quoi pouvoir manifester
Bref, de quoi pouvoir révolutionner
Toutes les heures, tous les jours
Mais le monde y est muet, mais le monde y est sourd !
Et de plus en plus
Du m'as-tu-vu
Qui sait tout sur tout
Qui comprend tout sur tout
Croyant qu'on leur dit tout
Alors qu'on leur cache tout
Car la vraie information
Est diluée dans d'inutiles informations
Cela n'est pas ce qui y est dit
Qui y est intéressant
Mais seulement, pourquoi cela y est dit
Il faut avant tout faire peur aux gens
Justifier toutes les mesures d'un gouvernement
Vieilles marmites et vieilles rengaines
Et le fanatisme religieux qui sème sa haine
Mais même quand les diverses droites sont divisées
Le capital reste toujours unifié
Car il avance à marche forcée
Avec toutes les tendances de la réaction
Ni de droite, ni de droite, ma seule profession
Ni de droite, ni de droite, ma seule vocation !
Car, il n'y a que des droites
C'est une seule et même boîte
Sinon
C'est le bestiaire des conventions
C'est le bestiaire des appellations
Absolument tout peut y servir la réaction
La seule véritable alternative
En réponse à toutes les politiques fictives
Il faut une révolution globale
Il faut dissoudre le capital
Il faut donc une mutation mentale
Grève générale mondiale
Expropriation des expropriateurs
Neutraliser les exploiteurs
Se réapproprier d'autres valeurs
Il faut enfin aller sur Terre, pas dans l'espace
Regarder l'humanité inhumanité dans une glace
Quand tout est hideur
Quand tout est terreur
Et la peur d'avoir peur
Un peu comme feu ( 1934 - 1968 ) Youri Gagarine
12 avril 1961, faisant la bonne mine
Cent huit minutes dans l'espace
Car il pouvait y avoir de la casse
Bac moins quatre, pilote d'essai téméraire
Bac plus 17, c'est l'astronaute d'aujourd'hui, ça brasse de l'air !
Un peu comme les sports spectaculaires
De la masse populaire, il faut la contrôler
Les sports de compétition pour soumettre
C'est cela leur fonction, il faut bien l'admettre
Moi, je n'apprécie que la marche athlétique
Et à 65 ans, encore, je la pratique
Et à ce propos, Saint-Sébastien-sur-Loire, Loire-Atlantique
Un jour ici, demain ailleurs
Tel est le destin du voyageur
Pas loin, j'en profite pour y aller voir
Marcheuses et marcheurs de grande vitesse
C'est dimanche, mieux que la messe
13 mars 2016
20 et 50 km marche, championnat de France
Peu de monde, elle ne suit pas, la finance
Et Yohann Diniz se qualifiant pour les jeux au Brésil
50 kilomètres, 3 heures et 37 minutes, sans se faire de bile
Droit comme un I majuscule, impressionnant
Mais cela implique tellement d'entraînement
J'ai toujours préféré être un amateur, vraiment !
Dans la société spectaculaire marchande techno-industrielle
Sport, cinéma, littérature, science, art, radio, télévision, TOUT s'y mêle
Même et surtout la fausse contestation
Toujours en retard d'une révolution
Parfois en avance d'une contre-révolution
Ainsi, elle s'exprime à la radio, à la télévision
Comme une femme en porte-jarretelles
Pour devenir plus séduisante, se faire la part belle !
Et c'est au fond, l'économie
Qui est une tueuse en série
Aucune vie vraiment épanouie
Du suicide, de la dépression, que du gâchis
Du regret, de la déception, du décalage, et tutti quanti
Et nous revoilà en Syrie
Homs en 2011, une révolte pacifique et populaire
Massacrée par une tyrannie sanguinaire
De la diplomatie internationale complice
Un crime de guerre pas factice
De l'effet papillon mal calculé
Boomerang qui vient nous boxer
Déjà, bien avant, dans d'autres pays
Elle y faisait des courses, l'économie
C'est là la véritable fondation de l'Etat islamique
France, Belgique, inévitable colique
Même le remède y est un mal
Dans le tout économique; c'est fatal
La fin de l'humanité inhumanité est proche
De toutes façons, elle était moche
TOUT y sonnait faux
L'animal humain comme le pire des animaux
Pourtant, avec l'anarchie, tout aurait pu être si beau !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien, ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


It operates
As they say, is in the air
Sort of professionalization
In any human relationship
When all is vain free
Because you have to pay to meet
Sex, adventure, cronyism, friendship
This is the world of ads
No loneliness waived
While :
"In the world of each one for itself
One is necessarily alone with oneself "
Disappointment, everyone with his cross
No one
Can meet anyone
In a world of separation
In a world of illusion
In a world of tradition
That is before everyone repression
Always under the pretext of prevention
Private or state terrorism
The system is the worst criticism
Better yet is balaclavas
In the demonstrations against the authority, ball shots
The system Terrorism
Is terrorism system
unstoppable pretext against freedom
Capital, terrorism is the best ally!
The capital strengthens terrorism
Terrorism reinforces the capital
This feeds repression
This feeds exclusion
This feeds irrationality
This feeds suspicion
Everything becomes suspect
There are more than bad
There is no longer any goodwill
There are more than monitoring
As this small example, in France
The Transport Act
That fraud hurts
Prison for five unpaid fines
And if anyone, controller, dare report
The rate is two months in prison
Or give a false address, the temptation
Or want to save even admonition
However
In France, it's really insane
Especially a prisoner costs 180 euros per day
The taxpayer is playing a trick
Thousands of euros for the transfer
The court to the disciplinary action
The world organization is reactionary
And acceptance forever be silent!
Like what everything is connected
With the ever regenerated fascism
In Germany
The fifth best-selling books
"Mein Kampf" that delivers our time
59 euros for two volumes
In the public domain, even posthumous success
And always reverse
In his camp, always the wrong brother
Somehow another, terrible evidence
As an eternal latency
It is the eternal return
In any war, inhumanity to humanity
And despite schooling
And despite socialization
In the capital, adaptation
Because, in 1866, in France, a conscript three
Could not read
Do not write
This time, it was a law
And 40 percent of newlyweds
A civil registry, unable to sign the
What made the need
In 1866, the "Education League"
What must it is forgotten
With a large network, a great movement
Municipal libraries
Film clubs, summer camps, not bad!
Everything would have been nice
Without bureaucracies so stupid
With anarchy in the heads
For the life of people, direct management
All available, all based
Beyond any organization
Everything is yet so ugly in its capital majesty
Everything is disgusting, everything hurts them
El and always a bullshit law
For all the other crap scotomize
A clever way to pass them on the sly!
So
For many, it is a tragedy
Every day in France
For the precariousness that is the sentence
From April 1 to October 31
For law enforcement, real shame
Sixty households evicted
Horrible, shameful, completely heartbreaking
With the return of extreme poverty
Anything, so do wonder
And so in 2015
The French and French engulfed
819 million pizzas, but yes
For half is frozen
And French and French have eaten
11 kg per person per year
Twice as Italian and Italian, it's amazing
Everything that happens on this planet, is amazing!
In short, enough to show
In short, enough to revolutionize
Every hour, every day
But the world is silent, but the world is deaf!
And increasingly
Du Hast thou seen
Who knows everything about everything
Which includes everything about everything
Believing everything they are told
While concealing all
For true information
Is diluted with useless information
This is not what is said there
That is interesting
But just why it is said there
It is first necessary to scare people
Justify all actions of government
Old pots and old tunes
And religious fanaticism that sows hatred
But even when the various lines are divided
The capital remains unified
Because it forced march ahead
With all the reaction trends
Nor right, nor right, my only profession
Nor right, nor right, my only vocation!
Because there are only straight
This is a single box
If not
This is the bestiary conventions
This is the bestiary designations
Absolutely everything can be used as the reaction
The only real alternative
In response to all fictitious policies
We need a global revolution
We must dissolve the capital
Therefore a mental mutation
global general strike
Expropriation of expropriators
Neutralize the exploiters
Reclaiming other values
Finally, we must go on Earth, not in space
Looking humanity inhumanity in a mirror
When all is ugliness
When all is terror
And the fear of fear
A bit like fire (1934 - 1968) Yuri Gagarin
12 April 1961, making the good looks
One hundred and eight minutes in space
Because there might be case sensitive
least four, reckless test pilot Bac
Bac over 17, is the astronaut today, it blows hot air!
A bit like the spectacular sports
Of the masses, we must control
Competitive sports for post
That is their function, it must be admitted
I do appreciate that race walking
And at 65, yet I practice
And in this regard, Saint-Sébastien-sur-Loire, Loire-Atlantique
One day here, gone tomorrow
Such is the fate of the traveler
Not far away, I want to go see
Walkers and speed walkers
It's Sunday, better than the Mass
March 13, 2016
20 and 50 km walk, the championship of France
Few people, it does not follow, finance
Yohann Diniz and qualifying for the games in Brazil
50 km, 3 hours and 37 minutes without getting bile
Right as a capital I, impressive
But this involves so drive
I always preferred to be an amateur, really!
In the techno-industrial society spectacular market
Sports, cinema, literature, science, art, radio, television, mixes it ALL
Even and especially false contestation
Always late for a revolution
Sometimes ahead of a revolution against
Thus, it is expressed on the radio, on television
As a woman in garter belt
To become more attractive, get the spotlight!
And that's basically the economy
Which is a serial killer
No really fulfilled life
Suicide, depression, what a mess
Regret, disappointment, offset, and all the rest
And we're back in Syria
Homs in 2011, a peaceful, popular revolt
Massacred by a bloodthirsty tyranny
Accomplice of international diplomacy
Not a fake war crime
The miscalculated butterfly effect
Boomerang comes boxer us
Already before, in other countries
She was shopping, economy
This is the true foundation of the Islamic State
France, Belgium, inevitable colic
Even the remedy is an evil
In any economic; it is fatal
The end of humanity inhumanity is close
Anyway, it was ugly
EVERYTHING there was false
The human animal as the worst of animals
Yet with anarchy, everything could have been so beautiful!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.