US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Le communisme du capital
07 Jul 2016
D'abord une révolution intérieure...
" Je redoute, je l'avoue, l'ambition du savant; mais je redoute plus encore l'ambition de l'ignorant. Il ne suffit pas, hélas, de ne pas savoir faire une chose pour ne pas la faire. "

Camillo Boito ( 1836 - 1914 )

Cent mille tonnes
De déchets radioactifs
Cela laisse la réflexion, aphone
Plastique, fûts radioactifs, c'est pas fictif
Les mers et océans sont nos poubelles
De nos actions pleines de fiel
Tout le monde le constate
En paroles, l'on se hâte
Mais rien n'est fait
Contre, jour après jour, nos méfaits
Du visage de l'humanité, si laid
Les guerres laissent des traces
Elle sont inscrites sur nos faces
Tout ce qui vit aujourd'hui
De toutes les guerres, est le produit
Nous sommes les rescapés
Des guerres et accidents du passé
Nulle part où s'isoler
Le bruit, partout, est généralisé
C'est le voisin de palier
C'est le transport en commun, surpeuplé
C'est le jardin en contiguïté
La tondeuse, les enfants qui crient
Les merguez qui puent, en train de griller
Ce qui est nocif à la santé
En pavillon ou dans un taudis
La vie aliénée pousse ses cris !
Ainsi, tout voisin du voisin, est ennemi
Comme dans le film ( 1976 ) " Le locataire "
De ( né en 1933 ) Roman Polanski, une paranoïa visionnaire
Je ne me lasse pas de le répéter
Les mouvements du monde, c'est notre cerveau incarné
Déjà, le savoir vivre est perdu
Nous vomissons toutes nos aberrations
Au centuple, tout nous est rendu
Et moi, je me mets nu au soleil
Où je le peux, dès que je le peux
Pas besoin d'argent, juste du temps
Comme en Allemagne
En France, c'est pas pareil !
Dès qu'on le fait, c'est possible castagne !
L'énergie solaire réchauffe le corps
Il faut en profiter, avant d'être mort
Pas besoin d'être forcément riche
Si, du regard des autres, l'on se fiche
Il suffit de trouver une bonne niche
Là où il fait beau et chaud
Les bourgeoisies riches ont des lots
Elles veulent en faire un territoire
Où aucun chômeur, aucun vagabond, ne peuvent boire
Et interdit de dormir sur la plage
Le soir, le fascisme vient vous faire son tapage !
Et moi qui chôme dans les livres
Depuis très très longtemps
Sans vouloir devenir un savant
Aujourd'hui, pour la pensée, il n'y a plus de vivres
Toutes les décennies sont répugnantes
De plus en plus jobardes, pas marrantes
En prison, du sexe guillotiné
Quand les mâles ou les femelles
Viennent à manquer, se développe l'homosexualité
Partout, l'environnement peut tout déterminer !
La plupart des animaux non humains
Sont dans la bisexualité
En ce domaine, aucune normalité
Comme dans tout le reste, en vérité
Rien n'appartient à personne
Tout se contente d'être
La nature n'est ni mauvaise, ni bonne
Parfois, cela peut nous apparaître
Rarement, si nos idées sont faites
Car sur tout, nos idées sont toutes prêtes !
Ainsi, quand feu ( 1802 - 1885 ) Victor Hugo
Qui n'était pourtant pas idiot
Et qui dans sa période spirite
Tentait de faire tourner les tables
Pour retrouver feu ( 1824 - 1843 ) Léopoldine Hugo, sa fille noyée, si affable
Ainsi la Chine, qui à cette époque
Vers l'an 1850, avait des lieux d'aisance
Et toujours envahie, tant par les anglais
Et tant par les français
La Chine ne fut jamais envahissante
Le socialisme de caserne
Dans un seul pays, lui convenait bien
En dehors de chez soi, il n'y a rien
La communication en berne
Comme depuis tant d'années, chacun chez soi
Partout sur la Terre, chacun pour soi
Chaque être humain
Pourrait être tout à fait extraordinaire
Au lieu d'être tout à fait ordinaire
Chaque être humain
N'est donc jamais né
Chaque être humain
N'est donc jamais mort
Du rêve de la matière, il sort
Pour tant d'illusions
Sans cesse, nous nous agitons !
Tout est une signalisation
Tout est codé, réglé, enregistré, fiché
Du destin organisé, nous sommes les jouets
De sa matrice, nous sommes les faits
Nous sommes le mouvement quantique
A l'échelle de sa réglementation psychologique
Feu ( 1868 - 1944 ) Paul Otlet, une tête
Fut le vrai père théorique, du réseau de l'internet
Le monde est une galette
Les gros morceaux, pour les truands
De tous les gouvernements
Pour les populations, quelques miettes
Le monde est fichu
Mais ce qu'il en reste
La domination en fait fête
C'est la vérité toute nue !
Le capitalisme est internationaliste
En rugby, en football, dans les clubs, le professionnalisme
Des joueurs de tous les pays, le sportisme
Dans une même équipe, un même club, ô cynisme
Une moquerie retournée à la bêtise nationaliste !
L'argent n'a pas de patrie
L'argent n'a pas de parti
L'argent n'a pas de pays
C'est le communisme du capital
La solidarité des crapules, qui fait mal
Jamais de véritable révolution extérieure
Sans une véritable révolution intérieure
Se défaire de tout ce que l'on sait
Se détacher de tout ce que l'on a
Car, c'est tout ce qui nous emprisonne
Car, c'est tout ce qui nous empoisonne
Toutes les cultures sont bourgeoises
A nos vies, de haut, elle nous toisent !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


"I fear, I confess, the ambition of the scientist,. But I fear even more the ambition of the ignorant is not enough, alas, do not know do one thing not to do it."

Camillo Boito (1836 - 1914)

Hundred thousand tons
Radioactive waste
This leaves reflection, voiceless
Plastic barrels radioactive, it is not fictional
The seas and oceans are our garbage
Our full share of gall
Everyone finds the
In words, it hastens
But nothing is done
Against day after day, our misdeeds
The face of humanity, so ugly
Wars leave their mark
It is written on our faces
Everything that lives today
Of all wars, is the product
We are survivors
Wars and accidents of the past
Nowhere to isolate themselves
The noise everywhere is widespread
This is the next door neighbor
It's public transportation, overcrowded
It is the garden in contiguity
The mower, children who cry
Merguez smelly, busy grilling
Which is harmful to health
Pavilion or in a slum
The alienated life pushes its cries!
Thus, any neighbor neighbor, enemy
As in the movie (1976) "Lessee"
De (born 1933), Roman Polanski, a visionary paranoia
I never tire of repeating
The movements of the world is our brain incarnate
Already, the etiquette is lost
We vomit all our aberrations
Hundredfold, we all went
And I put myself naked in the sun
Where I can, as soon as I can
No need money, just time
As in Germany
In France, it is not the same!
Once it is done, it's possible rumble!
Solar energy warms the body
We must take advantage, before death
Not necessarily need to be rich
If the eyes of others, we do not care
Just find a good kennel
Where it's nice and warm
The rich bourgeoisies lots
They want to make it a territory
Where no unemployed, no vagabond, can not drink
And forbidden to sleep on the beach
In the evening, you fascism comes to its hype!
And I idle in books
Since a very long time
Without wanting to become a scientist
Today, for the thought, there is more food
All decades are repugnant
Increasingly jobardes, not funny
In prison, the guillotined sex
When males or females
Are missing, develops homosexuality
Everywhere, the environment can determine everything!
Most non-human animals
Are in bisexuality
In this area, no normality
As in everything else, really
Nothing belongs to nobody
Everything is content to be
Nature is neither bad nor good
Sometimes it may appear we
Rarely, if our ideas are made
For everything, our ideas are ready!
So when fire (1802 - 1885) Victor Hugo
Yet that was not silly
And who in his spiritualist period
Was trying to turn the tables
To find fire (1824 - 1843) Léopoldine Hugo, his daughter drowned, affable
And China, which at that time
Around the year 1850 were privies
And always invaded by both English
And both the French
China was never intrusive
Socialism barracks
In one country, suited him well
Apart from home, there is nothing
Communication in Bern
As for so many years, every man
Everywhere on Earth, every man for himself
Every human
Could be quite extraordinary
Instead of being just ordinary
Every human
Is therefore never born
Every human
Is therefore never died
The dream of matter, he released
For so many illusions
Constantly, we wave us!
Everything is a signaling
Everything is coded set, recorded, stuck
Organized destiny, we are the toys
Its matrix, we are the facts
We are the quantum motion
On the scale of its psychological regulation
Fire (1868 - 1944) Paul Otlet, a head
Was the true theoretical father of the Internet network
The world is a cake
Large pieces for crooks
All governments
For populations, some crumbs
The world is damn
But what remains
actually domination festival
This is the naked truth!
Capitalism is internationalist
In rugby, football, clubs, professionalism
Players from all countries, the sportisme
In the same team, the same club, O cynicism
A mockery returned to the nationalist stupidity!
Money has no motherland
The money was not party
Money has no country
It is the capital of communism
Solidarity scoundrels, that hurts
Never true outdoor revolution
Without a true internal revolution
Get rid of everything we know
Break away from all that was
Because that's all that imprisons us
Because that's all that poisons us
All cultures are bourgeois
In our lives, tall, she stare us!

Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.