US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Subterranologie, l'humanité yamakasi
05 Aug 2016
Comme un catalogue du capital...
Partout, des zones à défendre
Les promoteurs immobiliers veulent tout prendre
Pas seulement dans un seul pays
Mais dans tous les pays
Promoteurs immobiliers ou grandes compagnies
Des constructions pour les pauvres, toute une industrie
De la bouffe pour les pauvres, toute une industrie
Des constructions pour les riches, toute une industrie
De la bouffe pour les riches, et moins de chimie
Comme par exemple en Bulgarie
Site de Karadéré en mer Noire
Où vit une bande qui aime forniquer et boire
D'anciens taulards, pirates échoués de la vie
Qui d'une plage ont fait leur paradis
C'est d'ailleurs un site protégé
Que la bourgeoisie bulgare veut transformer
C'est-à-dire, tout détruire, en réalité
Mais il y a là, toute une marginalité
Qui compte bien y rester
Toujours à la recherche d'un légendaire trésor
Car il est surtout dans les têtes, l'or
Mais il y a effectivement des trésors partout
Ce qui peut rendre des gens complètement fous
En France
Ces gens de Karadéré seraient considérés comme des clochards
Des illuminés, des avinés, des pochards
Vivant pourtant mieux, que beaucoup
Le bateau, la pêche, et tout
Et c'est encore l'idée de l'or qui rend ces gens fous
Rendant féroces les plus doux !
Et si les pauvres se laissaient faire
Du capital et de son organisation réactionnaire
Tout serait bien pire
C'est si évident que l'on oublie de le dire
Aussi
Vive toutes les révoltes, toutes les manifestations, toutes les grèves
De la pauvreté, c'est la seule sève
Et au lieu de dix coups de bâton
C'est seulement cinq coups de bâton
La révolution n'a pas le besoin de l'organisation
L'organisation a le besoin de la révolution
Pour fabriquer de la récupération
Aussi, il faut se défier de toute représentation
Tout veut se privatiser
Comme l'eau de France
Le capital n'est qu'une outrance
80 pour cent de l'eau , contrôlée
Et ce sans honte, par une société privée
Veolia, ex-Vivandi
Ex-Compagnie Générale des Eaux, une tragédie
Sous le capital, tout est ainsi
Et des usagers escroqués
Mais il a aussi des whistleblowers
Qui des scandales osent dénoncer
Et que le gouvernement américain va harceler
Sous tous les continents, c'est un même procédé
Comme le site américain, un site nucléaire
Los Alamos, aucune sécurité réelle
Avec derrière, les services secrets militaires
Un risque majeur à tout instant, comme irréel
Et, pour qui ose le dénoncer
Par les militaires, peut se faire assassiner !
Toute entreprise privée
Fonctionne comme une mafia
Toute entreprise étatique
Fonctionne comme une mafia
Toute une subterranologie
De l'infrastructure des grandes villes
Nouvelle exploration urbaine, c'est plus joli
Tout être humain est devenu un yamakasi
Tant de lieux interdits
Tant de lieux cachés
Tant de lieux abandonnés
Lieux insolites ou obsolètes
Il faudrait y faire des fêtes
Cela se fait déjà, suis-je bête
En même temps
Devant nos yeux, le plus souvent
Le capital maîtrise l'évènement
Coup de chiffon et s'en perd le plan
Dérégulation des marchés
Mais les marchés de la dérégulation
Qu'il faut d'ailleurs de force, réguler
Sinon tout pourrait s'effondrer
Car à la vérité
Le capital ne peut se moraliser
Le capital ne peut se réguler
Et les crises le font fonctionner !
Ainsi, les marchés financiers
Se croient tout permis
Car tout leur a été permis
Car aucune politique, vraiment, n'y sévit
La finance, ainsi, a pu tout acheter
La finance asservit la société
Fausse dérégulation des marchés
Vrais marchés de la dérégulation
De tous les marchés, il faudrait l'abolition
La faillite des banques
Les banques de la faillite
La misère qui monte, monte, monte
Comme sous la glace, la fonte
C'est un peu comme à Karachi
Ville de toutes les toxicomanies
Certes, c'est au Pakistan
Avec 20 millions de gens
Une sorte de catalogue du capital
Toute sa décadence, tout son mal
Prostitution, des attentats, des assassinats
Encore une belle République que voilà
Balles perdues, des ruines, du tourisme
Karachi, comme réelle vitrine du capitalisme
Et de la normomarginalité
Mais pas de mANARginalité
C'est bien comme le monde entier
Le monde de la corruption généralisée
Partout, plus aucune vraie culture, plus aucune vraie humanité !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Everywhere, the areas to defend
The developers want to take any
Not just in one country
But in all countries
Property developers and large companies
Constructions for the poor, an entire industry
All the food for the poor, an entire industry
Buildings for the rich, a whole industry
All the food for the rich, and less chemistry
Such as Bulgaria
Karadere site in the Black Sea
Where there is a band that likes to drink and fornicate
Former convicts, stranded pirates life
That a track made their paradise
This is also a protected site
The Bulgarian bourgeoisie wants to turn
That is to say, destroying everything in reality
But there is here a marginality
Who intends to stay
Always in search of a legendary treasure
As it is mainly in the heads, gold
But there are indeed treasures everywhere
Which can make people crazy
In France
Karadere these people would be considered homeless
Illuminated, the drunken, drunks
Yet living better than many
Boating, fishing, and all
And it is still the idea of ​​gold makes these crazy people
Making it softer fierce!
And if the poor are left to
Capital and its reactionary organization
Everything would be much worse
It's so obvious that we forget to say
Also
Long live all the revolts, all events, all strikes
the poverty is the only sap
And instead of ten sticks
Only five blows
The revolution has no need of the organization
The organization has the need for the revolution
The production of the recovery
Also, it must beware of any representation
Everything wants to privatize
As water France
The capital is only excessive
80 percent water, controlled
And without shame, by a private company
Veolia, formerly Vivandi
Former General Water Company, a tragedy
Under the capital, all is well
And users scammed
But he also whistleblowers
Who dare to denounce scandals
And that the US government will harass
Under every continent, it is the same process
As the US site, a nuclear site
Los Alamos, no real security
With behind the military secret service
A major risk at any time, as unreal
And who dares to denounce the
By the military, can be murder!
Any private company
Works like a mafia
Any state company
Works like a mafia
A subterranologie
The infrastructure of large cities
New Urban exploration is prettier
Every human being has become a yamakasi
So many forbidden places
So many hidden places
So many abandoned places
unusual or obsolete Places
Should there be celebrations
This is already happening, am I stupid
At the same time
Before our eyes, most often
The capital master event
cloth stroke and loses the plan
Market deregulation
But markets deregulation
It must also force control
Otherwise everything could collapse
Because the truth
The capital can not moralize
Capital can not regulate
And crises make it work!
Thus, financial markets
Believe that everything is allowed
Because everything has been permitted
Because no policy, really, are rife
Finance, as well, was able to buy everything
Finance enslaves society
False market deregulation
Real market deregulation
All contracts should be abolished
Bank failures
Banks in bankruptcy
The misery rises, rises, rises
As under the ice melting
It's like in Karachi
City of all addictions
Certainly, it is in Pakistan
With 20 million people
A kind of capital catalog
All its decadence, all his evil
Prostitution, attacks, killings
Another great Republic that here
stray bullets, ruins, tourism
Karachi, as real showcase of capitalism
And normomarginalité
But no mANARginalité
That's like the whole world
The world of widespread corruption
Everywhere, plus no real culture, no more true humanity!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.