US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Paraphysique du suicide
29 Nov 2016
Suicide la société, société du suicide...
Le suicide est un sujet tabou
Le suicide c'est pour les fous
Pourtant, en France, il y a un suicide
Toutes les cinquante minutes
Pourtant, en France, il y a une tentative de suicide
Toutes les quatre minutes
Et dans la plupart des autres pays
Cela est certain, il en va ainsi
Il faut le dire
Mais la vie de la compétition
N'est que la compétition de la vie
Il faut le dire
Mais la hiérarchie de la vie
N'est que la vie de la hiérarchie
Il faut le dire
Mais l'argent de la vie
N'est que la vie de l'argent
Le suicide est paradoxal
C'est le remède pire que le mal
Certes se tuer
C'est vouloir vivre
Mais autrement, sans se déstructurer
C'est le dernier cri
C'est un appel à la vie
De ceux et celles
Que nous n'avons pas su écouter
La fuite la plus libératrice
De la société des sévices
Car la réalité du principe
Est le principe de réalité
Comme notre soleil
Qui dans quelques milliards d'années
Deviendra une naine rouge
Deviendra une naine blanche
La mécanique des étoiles est une merveille
Gravité contre fusion nucléaire
Plus d'hydrogène, plus d'hélium, c'est la panne solaire
Et voici les géantes rouges, si belles
Arcturus, Antarès, Bételgeuse
Et toujours les 92 éléments naturels
A l'univers, à la nature, le même miel
Nous sommes une semence
De tous les déchets nucléaires
Nous sommes une transe
Des accouplements stellaires
De la poussière d'étoiles
Dit le poète, irréaliste et ingénu
Qui de la physique peut cacher le cul
Poussières d'étoiles ou prosaïquement déchets nucléaires
C'est strictement égal pour l'univers
Et qu'est la planète Terre
En rapport, par exemple, à Arcturus, Antarès, Bételgeuse
Certes, elle est habitée, mais c'est toujours la guerre
Pourtant de l'espace, sa vue y est fameuse
Une esthétique bien trompeuse
Rien qu'en France, un suicide
Toutes les cinquante minutes
Rien qu'en France, une tentative de suicide
Toutes les quatre minutes
Je le répète
Quitte à passer pour bébête
Et l'on va s'étonnant
De la tanorexie, cette bronzomanie
Qui rend le corps plaisant
D'une façon naturelle ou artificiellement
Avec le risque comme en Australie
Du cancer de la peau, quand s'en protéger, devient une stratégie
L'indice de protection des crèmes solaires, est une menterie
Un indice de protection 30
Est en réalité de protection 10
Trois à quatre fois moins
Qu'en laboratoire, où on le sait bien
La quantité utilisée par l'estivant
Est largement moindre qu'en laboratoire
Des malins, qui nous prennent pour des poires
Notre monde
Suite logique de toutes les après-guerres
Et de toutes les guerres
Des partages sordides
Des partages morbides
Entre le stalinisme
Entre le fascisme
Entre le capitalisme
A mis au monde
Son enfant, notre monde actuel
Qui année après année, impose ses rituels
Qui année après année
Est un monde bien fatigant
Vouloir y vivre est épuisant
Sans cesse, il faut s'en reposer
Avec ses congés payés
Avec ses congés de maladie
Avec ses congés de maternité
Avec ses congés de mariage
Avec ses congés de naissance
Avec ses congés de veuvage
Avec ses congés de mort
Notre monde
Qui pourrait être un énorme nichon
Pour soigner toutes les dépressions
Notre monde
En tous les domaines, en toutes les choses, est une agression
Oui les mots, je le mâche
Il suffit, c'est assez, de toutes les ganaches !
Qui n'aime
Pas la vérité
Aime les rumeurs calomnieuses
Les hoax
Que le bouche à oreille se faxe
Cela devient de la propagande
Du mensonge à la demande
Cela devient une ligne politique
Sans aucun esprit critique
Il faut liquider l'adversaire
Par les procédés les plus réactionnaires
L'héritage des staliniens
L'héritage des fascistes
Dont la progéniture est nombreuse
Toujours inculte, illettrée, folle furieuse
Sur internet ou ailleurs, la parole malhonnête
Qui met des saletés dans les têtes
Pour ceux et celles que la vermine intéresse
Et que l'on retrouve à toutes les messes
Staliniens et staliniennes, d'hier
Staliniens et staliniennes, d'aujourd'hui
Fascistes d'hier
Fascistes d'aujourd'hui
Que le capitalisme bénit
Une horrible pourriture
Qu'aucune bête ne voudrait pour nourriture
Et parfois nous les avons
Comme voisines et voisins
Fascisme rouge et fascisme brun
La bouche délatrice, l'oreille maligne
Ils et elles savent nous repérer
Comme nous savons, de suite, les renifler
Il suffit de les regarder vivre
De vouloir nous éliminer, ils et elles sont ivres
Mais les fascistes
Ne se disent plus fascistes
Mais les staliniens
Ne se disent plus staliniens
Il y en a beaucoup tant chez les gauchistes
Que les libéraux, que les démocrates, que les socialistes, que les communistes
Les mots sont contorsionnistes
Même pas le courage de leurs vraies opinions !
Il leur faudrait des cours d'histoire
Pour qu'en leurs balivernes, ils et elles cessent de croire
Ou alors
Ah bon ! j'étais fasciste ?
Alors, vive le fascisme
Ou alors
Ah bon ! j'étais stalinien ?
Alors, vive le stalinisme
Avec des nouveaux habits, bien sûr
Mais qui se repaissent des ordures
Et qui se recyclent dans une déchèterie
Hélas, je ne suis pas dans l'outrance
Je le dis, à ceux et celles, qui me tance
Car de tous les pouvoirs, c'est la même confidence !
Quand nous croyons aimer une personne
Tout ce qui nous vient d'elle est bon
Quand nous ne croyons pas aimer une personne
Tout ce qui vient d'elle est de la contrefaçon
Nous le vérifions
Dans le couple, et de toutes les autres façons
L'agressivité est de la sublimation
De l'amour qui n'est plus
Comme l'insatisfaction sexuelle
Qui fait rechercher une autre piste qu'elle
Que cette insatisfaction
Soit d'origine organique
Que cette insatisfaction
Soit d'origine psychologique
Sans doute les deux à la fois, rien de magique !
Dans le spectaculaire intégré
L'insatisfaction est obligatoirement généralisée
Affectivement, sexuellement, économiquement
Là où tout est séparé, tout est frustrant !
La satisfaction est parcellaire, partielle, séparée
Elle se ment donc pour se faire accepter
La satisfaction de l'insatisfaction
Est l'insatisfaction de la satisfaction
C'est l'insatisfaction
Soeur jumelle de la frustration
Qui fait la poésie, la science; les arts
Qui fait le sport, la peinture, les stars
C'est l'angoisse de la mort
Une trilogie qui s'arrime au même port !
Il n'y a pas d'amitié sur Terre
Il n'y a pas d'amour sur Terre
L'argent l'interdit
Il y a seulement des guerres
Il y a seulement le monde des affaires
Et des urnes pour voter, donc pour se taire !
Rusé, le capitalisme met sa guêpière, pour nous plaire
Feu Marx est un crétin
Quand c'est Mélenchon qui en parle
Feu Bakounine est un moins que rien
Quand c'est l'historien stalinien qui en parle
Quand c'est l'historien bourgeois qui en parle
Et c'est pareil pour tant d'autres
Les Laborit, Cioran, Debord
Et les autres milords
Dans l'abjection et la falsification
Toutes les bourgeoisies se vautrent
Comme dans les journaux, à la radio, à la télévision
Bourgeois, gauchistes, fascistes et staliniens
Mangent dans toutes les gamelles
Et y déposent leurs selles
Afin de tout salir et de tout trahir
Mais peu nous chaut, de toutes façons
Plus d'idoles, nous ne voulons
Nous ne voulons aucune domination

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

The suicide is a subject taboo
The suicide it is for the insane ones
However, in France, there is a suicide
Every fifty minutes
However, in France, there is a suicide attempt
Every four minutes
And in most other countries
That is certain, it goes from there thus
It should be said
But life of the competition
Is only the competition of the life
It should be said
But the hierarchy of the life
Is only the life of the hierarchy
It should be said
But money of the life
Is only the life of the money
The suicide is paradoxical
It is the remedy worse than the evil
Admittedly to commit suicide
It is to want to live
But otherwise, without losing structure
It is the very last thing
It is a call to the life
Those and those
That we did not know to listen
The escape more the liberator
Company of the maltreatments
Because the reality of the principle
Is the principle of reality
Like our sun
Who in a few billion years
Will become dwarf a red
Will become dwarf white
The mechanics of stars is a wonder
Gravity against nuclear fusion
More hydrogen, more helium, it is the solar breakdown
And here red giants, if beautiful
Arcturus, Antarès, Bételgeuse
And always 92 natural elements
With the universe, nature, same honey
We are a seed
Of all the nuclear waste
We are a fright
Stellar couplings
Star dust
Known as the poet, unrealistic person and ingenuous
Who of physics can hide the bottom
Dust of stars or prosaically nuclear waste
It is strictly equal for the universe
And that is the planet Is in hiding
In report, for example, in Arcturus, Antarès, Bételgeuse
Admittedly, she is inhabited, but it is always the war
However of space, its sight is famous there
A quite misleading esthetics
Only in France, a suicide
Every fifty minutes
Only in France, a suicide attempt
Every four minutes
I repeat it
Since it is necessary to passing for silly
And one goes being astonished
Tanorexie, this bronzomanie
Who makes the body pleasant
In a natural way or artificially
With the risk as in Australia
Cancer of the skin, when to protect itself some, becomes a strategy
The index of protection of the sunscreens, is a fib
An index of protection 30
Is actually of protection 10
Three to four times less
That in laboratory, where it well is known
Quantity used by the summer tourist
Is largely less than in laboratory
The malignant ones, which takes to us for pears
Our world
Obvious result of every post-war period
And of all the wars
Sordid divisions
Morbid divisions
Between Stalinism
Between Fascism
Between capitalism
With put at the world
His/her child, our current world
Who year after year, imposes his ritual
Who year after year
Is a quite tiring world
There to want to live is exhausting
Unceasingly, it is necessary to rest some
With its paid vacations
With its sick leave
With its maternity leave
With its vacation of marriage
With its vacation of birth
With its vacation of widowhood
With its vacation of death
Our world
Who could be an enormous tit
To look after all the depressions
Our world
In all the fields, in all the things, is an aggression
Yes the words, I chew it
It is enough, it is enough, of all the fools!
Who does not like
Pas la truth
Like the libelous rumours
Hoax
That buzz marketing is faxed
That becomes propaganda
Lie with the request
That becomes a political line
Without any critical spirit
The adversary should be liquidated
By the processes more reactionaries
The heritage of the Stalinist ones
The heritage of the fascists
Whose offspring is numerous
Always uncultivated, illiterate, insane furious
On Internet or elsewhere, the word dishonest person
Who puts dirtinesses in the heads
For those and those which vermin interests
And that one finds with all the masses
Stalinist and Stalinist, of yesterday
Stalinist and Stalinist, of today
Fascists of yesterday
Fascists of today
That capitalism blesses
A horrible rot
That no animal would like for food
And sometimes let us have we them
Like neighbors and neighbors
Red Fascism and brown Fascism
The mouth délatrice, the malignant ear
They and they can locate us
Like we let us know, of continuation, to sniff at them
It is enough to look at them living
To want us to eliminate, they and they are drunk
But fascists
Do not say themselves fascistic any more
But the Stalinist ones
Do not say themselves Stalinist any more
There is much so much in the leftists
That liberals, that democrats, that Socialists, that Communists
The words are contorsionists
Even not the courage of their true opinions!
They would need courses of history
So that in their hooeys, they and they cease believing
Or then
Ah good! was I fascistic?
Then, Fascism lives
Or then
Ah good! was I Stalinist?
Then, Stalinism lives
With new clothes, of course
But which feeds of the refuse
And which is recycled in a dechetery
Alas, I am not in excess
I say it, with those and those, which scolds me
Because of all the powers, it is the same confidence!
When we believe to love a person
All that comes us from it is good
When we do not believe to love a person
All that comes from it is counterfeit
We check it
In the couple, and in all the other ways
Aggressiveness is sublimation
Love which is not any more
Like the sexual dissatisfaction
Who makes search another track that it
That this dissatisfaction
Maybe of organic origin
That this dissatisfaction
Maybe of psychological origin
Undoubtedly both at the same time, nothing magic!
In the spectacular one integrated
The dissatisfaction is obligatorily generalized
Emotionally, sexually, economically
Where all is separated, all is frustrating!
Satisfaction is compartmental, partial, separate
She thus lies herself to be made accept
The satisfaction of the dissatisfaction
Is the dissatisfaction of satisfaction
It is the dissatisfaction
Sister twins frustration
Who makes poetry, science; arts
Who makes the sport, painting, the stars
It is the anguish of death
A trilogy which is fastened with the same port!
There is no friendship on Earth
There is no love on Earth
The money prohibits it
There are only wars
There is only the business world
And of the ballot boxes to vote, therefore to keep silent itself!
, Capitalism his basque, we put to like crafty one
Fire Marx is a cretin
When it is Mélenchon which speaks about it
Fire Bakounine is a dead loss
When it is the Stalinist historian who speaks about it
When it is the middle-class historian who speaks about it
And it is similar for so many others
Laborit, Cioran, Overflow
And others milords
In the abjection and falsification
All the bourgeoisies wallow
As in the newspapers, with the radio, on television
Middle-class men, leftists, fascists and Stalinist
Eat in all the lunch boxes
And there their saddles deposit
In order to all dirty and all to betray
But little us chaut, in any case
More idols, we do not want
We do not want any domination

Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway.fr”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.