US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Paraphysique de la surpopulation fascisante
03 May 2017
Surpopulation et industrialisation...
" Ce qu'on appelle poulet n'a plus rien à voir avec ce qu'on appelait poulet autrefois. Un poulet maintenant de 37 jours, n'est pas autre chose que du maïs, du soja, et des antibiotiques, avec des plumes "


Jean-Pierre Berlan ( agronome, économiste )


Le capital
Est si insupportable
Le capital est si irrespirable
Qu'il en découle de la diverse maladie
Qu'il en découle de la diverse toxicomanie
Des toxicomanies avec drogue
Des toxicomanies sans drogue
Ainsi, en France
Dans d'autres pays, c'est l'évidence
16 millions de personnes qui courent
Certes, cela n'est pas tous les jours
Et dans le monde
Voilà qui nous inonde
Des milliards de gens
Regardent la télévision, ce conditionnement
Ou écoutent la radio, ce conditionnement
Psychologie sociale, psychologie du capital
Manipulation mentale, manipulation du capital
Toute une propagande en boucle
Qui sait se présenter souple
Il y a des toxicomanies légales
Il y a des toxicomanies illégales
Selon les besoins du capital
Et tous les enfants
Sont des drogués de la société
Et tous les hommes
Sont des drogués de la société
Et toutes les femmes
Sont des droguées de la société
Ce dans le monde entier
Comme les 15 millions de grands-parents en France
C'est une implacable constance
Toutes les drogues pour entretenir les lois du marché !
Et nous ne pouvons
Plus nous passer, de choses inutiles
Et nous ne pouvons
Plus nous passer de choses futiles
Alors
Que pendant ce temps
La conversation se meurt, c'est désolant
La fragmentation
Des idées, amplifie ce phénomène
De grands groupes en opposition
D'ailleurs, se neutralisant, par le fait même
Mais jamais
La réaction ne fut aussi diverse
Des réactionnaires gonflant leurs jabots, comme des averses
Et pour s'en protéger, le seul parapluie
Tout Etat étant despotisme, c'est l'anarchie
Mais la plupart des gens
La réaction étant experte en conditionnement
Les gens préféreraient donc crever
Plutôt que de devoir changer
Et la réaction c'est un peu tout le monde
Comme un super trou noir qui nous inonde


" Pour se représenter les différents composantes de l'Univers à l'époque actuelle, on peut imaginer un arbre avec son tronc, ses branches et ses feuilles. Le tronc de l'arbre symbolise l'énergie noire. Il contient ( 68 pour cent ) la majorité de la masse de l'arbre. Quand il grandit, l'arbre s'étend, ce qui rappelle la propension de l'espace à grandir. Les branches représentent la matière noire ( 27 pour cent ) car elles nourrissent les feuilles par leur sève, comme la matière noire qui participe à la croissance des galaxies grâce à sa forte gravité. Les feuilles plus lumineuses illustrent ( 5 pour cent ) la matière normale. "


David Elbaz ( A la recherche de l'univers invisible. Matière noire, énergie noire, trous noirs.
Editions Odile Jacob/Sciences )


Donc, contre soi-même, il faut sortir la fronde
Tous les partis, toutes les organisations, tous les syndicats
Pour aménager le capital, sont réactionnaires, voilà !
Hormis
Quelques individus libertaires
Quelques groupement libertaires
Et encore, en regardant par terre
Nous sommes donc
Ce que nous mangeons
Ce que nous lisons
Ce que nous voyons
Ce que nous entendons
Ce que nous répétons
Ce que, finalement, nous faisons
Tout ce que nous sommes
Nos corps, nos esprits, nos habitations
Toute une accumulation
De pays en pays, tous azimuts, la pollution
Comme aussi les tampons hygiéniques
Syndrome du choc toxique menstruel
C'est du vagin, c'est du tabou, même pour icelle
Chaque femme, pourtant au cours d'une vie
En utilise, 11000, à la ménopause, c'est fini
Avec des substances toxiques à foison
Tampax, le foie et les reins, très atteints
L'éponge végétale, ce serait plus sain
Pas de staphylocoque doré, au moins
Les tampons de la cellulose chimique
Phtalates pour poubelles vaginales, l'industrie technologique !
Surpopulation
Rime avec industrialisation
Surpopulation
Rime avec technologisation
Pas avec civilisation
Comme il fut un temps
En Australie, les premiers habitants
En Tasmanie, les premiers habitants
Pendant des milliers d'années, une sorte d'harmonie
Avec le feu maîtrisé
Pour la nature renouvelée
Du temps, aussi, pour réfléchir, pour s'amuser
Puis vinrent, 1606, les hollandais
Puis vinrent, 1770, les anglais
La soif de biens, la soif de l'or
Pour assimiler l'aborigène, toujours et encore
Comme les îles du Pacifique Sud
Une autre civilisation que l'on élude
Pas de propriété sexuelle
Pas d'argent ni travail salarié, société toute belle
Pas de technologie donc, mais une civilisation
Et finalement, cela n'est pas étonnant
Si parmi les deux romans
Les plus transposés sur les écrans
Car avec Dracula, il y a aussi Tarzan
Toute une imagination pas rossinante
Fuir la technologie pas vraiment rassurante !
Et pour en revenir à Tarzan
Il fut censuré dès 1932, évidemment
Pour des raisons de nudité
Le sexe de Jane, l'on pouvait plus que deviner
Dans son sexe j'aurais voulu loger
Et même ses seins, la pudibonderie, de quoi scandaliser
Des seins que j'aurais voulu téter
Comme mauvaise influence sur la jeunesse
Le colonialisme n'y retrouvant pas sa messe
Fatalement
Depuis si longtemps
C'est toujours le pire
Qui fait empire
Qui s'élève dans les hiérarchies
Et depuis
Des décennies et des décennies
Il n'existe presque plus ainsi
Que le pire du pire
Cela a la légion d'honneur
Pour un effectif et entier déshonneur
Cette ridicule réussite sociale
Qui est complètement asociale
Aucune réussite possible
Quand aucune humanité n'est possible
Guerres, conflits, famines, populations massacrées ou déplacées
Depuis plusieurs siècles, tout a empiré
Sauf que les animaux non humains ne sont plus jugés !
Donc
Autrefois, ils furent jugés
Torturés, découpés, pendus, brûlés
Par le diable, prétendument, possédés
Des porcs, des sangsues, d'autres animaux
Le genre humain peut-être idiot
Ils avaient aussi des avocats
L'espèce humaine peut-être débile, voilà
Nonobstant
Il y eut Mai 1968
Défaite politique
Victoire au niveau des moeurs, moins tragique
Donc, le progrès de l'idée anarchique
Par exemple, le chevelu
Qui passe de nos jours, plus inaperçu
Mais avec le retour de la réaction
Mais avec le retour de la régression
En fait, aucun retour
Toujours prêtes à bondir, en attente, dans les cours
Le fascisme est passé depuis longtemps
Pour ne pas l'éliminer jamais, c'est maintenant
Les fascismes sont passés depuis longtemps
Pour les éliminer, en moi, en toi, en lui, en elle
Que la vie, enfin, soit belle
Pour éliminer ces répugnances, pour ne pas jamais, c'est bien maintenant !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


“What is called chicken does not have anything any more to see with what one formerly called chicken. A maintaining chicken 37 days, is not other thing only corn, soybean, and antibiotics, with feathers”


Jean-Pierre Berlan (agronomist, economist)


The capital
Is so unbearable
The capital is so unbreathable
That it results from this from the various disease
That it results from this from the various drug-addiction
Drug-addiction with drug
Drug-addiction without drug
Thus, in France
In other countries, it is the obviousness
16 million people who run
Admittedly, that is not the every day
And in the world
Here are which floods us
Billion people
Look at television, this conditioning
Or listen to the radio, this conditioning
Social psychology, psychology of the capital
Mental handling, handling of the capital
A whole propaganda in loop
Who can present himself flexible
There are legal drug-addiction
There are illegal drug-addiction
According to the needs for the capital
And all children
Are drug addicts of the company
And all men
Are drug addicts of the company
And all women
Are drug addicts of the company
It in the whole world
Like the 15 million grandparents in France
It is a relentless constancy
All drugs to maintain the laws the market!
And we cannot
To more to pass us, of useless things
And we cannot
To more to pass us from futile things
Then
That during this time
The conversation dies, it is afflicting
Fragmentation
Ideas, amplifies this phenomenon
Great groups in opposition
Moreover, neutralizing itself, by the fact even
But never
The reaction was not also varied
Reactionaries inflating their jabots, like downpours
And to protect itself some, the only umbrella
Any State being despotism, it is anarchy
But most people
Reaction being expert in conditioning
People would thus prefer to burst
Rather than to have to change
And the reaction it is a little everyone
As a super black hole who floods us


“To represent different the components from the Universe at the time current, one can imagine a tree with his trunk, his branches and his sheets. The tree trunk symbolizes black energy. It contains (68 percent) the majority of the mass of the tree. When it grows, the tree extends, which points out the propensity of space to grow. The branches represent the black matter (27 percent) because they nourish the sheets by their sap, as the black matter which takes part in the growth of the galaxies thanks to its strong gravity. The more luminous sheets illustrate (5 percent) the normal matter. ”


David Elbaz (In search of the invisible universe. Black matter, black energy, black holes.
Editions Odile Jacob /Sciences)

Therefore, against oneself, the sling should be left
All parties, all organizations, all trade unions
To arrange the capital, are reactionaries, here!
Except
Some libertarian individuals
Some grouping libertarians
And still, while looking by ground
We are thus
What we eat
What we read
What we see
What we hear
What we repeat
What, finally, we do
All that we are
Our bodies, our spirits, our dwellings
A whole accumulation
Country in country, overall, pollution
As also the tampons
Syndrome of the menstrual toxic shock
It is vagina, it is taboo, even for icelle
Each woman, however during a life
In uses, 11000, with the menopause, it is finished
With toxic substances with abundance
Tampax, the liver and kidneys, very reached
The vegetable sponge, it would be healthier
Pas de gilded staphilococcus, at least
Plugs of chemical cellulose
Phthalates for vaginal dustbins, technological industry!
Overpopulation
Rhyme with industrialisation
Overpopulation
Rhyme with technologisation
Not with civilisation
As it was a time
In Australia, first inhabitants
In Tasmanie, first inhabitants
During thousands of years, a kind of harmony
With controlled fire
For renewed nature
Time, also, to reflect, to have fun
Then came, 1606, Dutch
Then came, 1770, English
The thirst for goods, the thirst for gold
To assimilate the aboriginal, always and still
Like the islands of Pacifique Sud
Another civilisation which one eludes
Pas de sexual property
Pas d' money nor paid work, very beautiful company
Pas de technology thus, but a civilisation
And finally, that is not astonishing
So among the two novels
The most transposed on the screens
Because with Dracula, there is also Tarzan
A whole imagination not scrag
To flee technology not really reassuring!
And to return to Tarzan from there
It was censured by 1932, obviously
For reasons of nudity
The sex of Jane, one could more than to guess
In his sex I would have liked to place
And even its centres, prudishness, what to scandalize
Centres which I would have liked to suck
Like bad influence on youth
Colonialism not finding its mass there
Fatally
Since so a long time
It is always the worst
Who makes empire
Who rises in the hierarchies
And since
Decades and decades
There does not exist almost thus any more
That the worst of worst
That has the legion of honor
For a manpower and whole dishonour
This ridiculous social success
Who is completely asocial
No possible success
When no humanity is possible
Wars, conflicts, famines, populations massacred or moved
For several centuries, all has worsened
Except that the nonhuman animals are not judged any more!
Thus
Formerly, they were judged
Tortured, cut out, hung, burned
By the devil, allegedly, had
Pigs, leeches, other animals
Perhaps idiotic mankind
They had also lawyers
The perhaps weak mankind, here
Notwithstanding
There was May 1968
Political defeat
Victoire on the level of manners, less tragic
Therefore, the progress of the anarchistic idea
For example, the hairy one
Who passes nowadays, more unperceived
But with the return of the reaction
But with the return of the regression
In fact, any return
Always ready to leap, on standby, in the courses
Fascism passed for a long time
Not to never eliminate it, it is now
Fascisms passed for a long time
To eliminate them, in me, you, him, it
That the life, finally, is beautiful
To eliminate these loathings, for not never, it is well now!

Patrice Faubert (2017) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway.fr”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.