US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Shopping du bashing
14 Sep 2018
L'anarchie comme seule vraie alternative...
Ainsi
A notre ère de vitesse
Qui seule semble provoquer l'ivresse
Le faucon pèlerin ( Falco peregrinus ) est pourtant plus rapide
Que le TGV, que lui, encore plus speed
Le faucon pèlerin c'est jusqu'à 389 km/ heure
De environ 150 km/heure à peut-être plus de 400 km/heure
Du monde animal, c'est le plus véloce
Pour la vitesse, c'est lui le vrai boss
Il voit cinq à huit fois mieux que nous
Et la technologie copie la nature, c'est tout !
Tant de régions du monde
Tant de lieux du monde
Là, ici ou ailleurs
Mais tout s'oublie si vite, ô malheur
Ainsi, partout, sur la planète Terre
Affichée, répétée, cachée, déviée, c'est la guerre
Et où que vous alliez
Et quoi que vous fassiez
Partout des horreurs enfouies
Dans chaque région, dans chaque pays
Le conflit de toutes les hiérarchies
Toutes les hiérarchies sont du conflit
Vivre est devenu un métier
Il faut remplir des papiers
De la naissance à la mort, il faut payer
Impossible de se désabonner
A moins de se suicider
C'est comme pour l'administration
Sous le capital, la vie est sans la moindre solution
Tout est toujours à double sens
Comme une fausse confidence
C'est ainsi
Que le 11 novembre 1940, en France
Manifestèrent contre l'occupation allemande
Des lycéens du lycée Rollin, à Paris
Une résistance avant l'heure, aux nazis
Mais avant tout une manifestation nationaliste
Donc, de tous bords politiques, qui fut une réussite
Des jeunes de 15 à 17 ans
Pour les nazis, l'on était fusillable à 17 ans
Et par la suite, tous les mineurs
Qui résistèrent, considérés comme des meneurs
Furent souvent déportés
Et aussi souvent fusillés
Ils pleurèrent leur jeunesse
Mais pas leurs actes, donc sans détresse
Hélas, la tyrannie
Est contestée de façon séparée
Hélas, la tyrannie
N'est jamais ou si peu contestée dans sa totalité
C'est ce qui lui permet de se renouveler
C'est ce qui lui permet de se régénérer !
Ainsi, une tyrannie chasse l'autre
Et chaque individu en est l'apôtre
Tout en est l'intime
Tout en est la victime
Depuis des temps reculés
Les sociétés humaines sont des charniers
L'apprentissage de la propriété
De tout vouloir comparer
De très vite se moquer
De tout le temps nous humilier
Comme
Des gens qui ne savent ni lire ni écrire
Ce qui ne les empêche pas de pouvoir dire
Et un terme qui peut les blesser
Assez péjoratif, finalement, celui d'illettré
Ce terme date des années 1970
Pourtant, trois millions de personnes en France
Ne savent ni lire ni écrire
De toutes façons, qui sait lire ? qui sait écrire ?
Puisque rien ne change jamais
L'être humain toujours aussi niais
Nous ne savons pas mêler le faux du vrai
Comme
Feu ( 1918 - 1985 ) Jean-Marie Loret
Fils caché de feu Hitler, qui le savait
En 1916, lors d'une permission, Hitler aurait
Lutiné avec feu ( 1898 - 1951 ) Charlotte Lobjoie
Pourtant pas une fille de joie
Mais étant trop pauvre pour son rejeton, l'assumer
Elle l'aurait fait adopter
Certes, il y a des doutes
Certainement une fausse route
Nonobstant
Cela pourrait être plausible
Sans pourtant péter un fusible
Ou alors une mythomanie d'origine
Qui rend route étude crétine !
L'étonnement n'est pas l'acquiescement
A toutes affaires qui dépassent l'entendement
Le vrai mélangé au faux
Le faux est mélangé au vrai
Tout est un peu vrai
Tout est un peu faux
Le capital navigue entre deux eaux
Pour se féconder, il doit faire le beau
Tout ainsi, le réconforte
Tout ainsi, le conforte
Il nous devient indispensable
Tout se perpétue dans du jetable
C'est la fausse contestation
C'est la fausse révolution
De nouveaux habits pour le fascisme
De nouveaux habits pour le capitalisme !
Et puis, il faut bien le constater
C'est évident pour qui sait observer
La pensée réactionnaire est majoritaire
A ce qui ne lui ressemble pas, c'est la guerre
La pensée réactionnaire regarde les mêmes journaux télévisés
La pensée réactionnaire lit les mêmes journaux, les mêmes répétitions
La pensée réactionnaire me regarde de travers
Comme aussi la personne en marge, le révolutionnaire
Tout ce qui dérange les habitudes
Tout ce qui dérange les certitudes
Voilà pourquoi, à la pensée réactionnaire, l'anarchie
C'est sa terreur, sa pire ennemie
Plus aucune autorité
Plus aucune propriété
Plus aucune célébrité
Aucun juge, aucun avocat, aucun policier
Sur les portes, plus aucune clef
Enfin, chaque être humain, respecté
Plus aucune frontière pour pouvoir circuler
Pour cela, une totale mutation de la mentalité
Que la vie, enfin, puisse vraiment s'affirmer
Pour l'instant
C'est l'enfer sur Terre, l'épouvante, la mort
Depuis le patriarcat, un funeste sort
En vérité, nous sommes mortes, nous sommes morts
Nous sommes la mort !
Nous pourrions être la vie
Qui toujours commence, jamais ne finit
Faire en sorte que l'autre soit bien
Car son devenir est lié au mien
Plus les autres sont épanouis
Forcément, je le suis aussi
Moins les autres sont épanouis
Forcément, je ne le suis pas aussi
Si nous utilisions nos cerveaux
Non pas à des trucs idiots
Mais pour la recherche de l'harmonie universelle
Que l'anarchie serait belle !
Après d'autres, je le redis
Tout est à imaginer
Après d'autres, je le redis
Tout est à réaliser
L'anarchie doit devenir la réalité
Et ainsi contre son mur ne plus se fracasser !
Certes
Il y a beaucoup de fascisme dans les têtes
Il y a beaucoup de capitalisme dans les têtes
Et donc dans toutes les fausses fêtes
Mais c'est comme un jeu de cartes
Mettre la domination en échec et mat
Le jeu du capital n'est finalement distribué
Que par quelques privilégiés
Il faut secouer le cocotier pour s'en débarrasser
Tout pourrait
Se distribuer généreusement
Tout pourrait
Se faire gratuitement
Le plaisir sans égal de la gratification
Gratification de la distribution
Simplement
Pour le plaisir de le faire
La gratification est donc révolutionnaire
Et finalement
Bien plus que compromettante
Toute étiquette est immobilisante et aliénante !
De toutes façons
Et c'est là une généralisation
La propagande du capital s'affiche
Partout, l'on voit ses niches
Pas seulement chez les riches
Et nous valons tous et toutes, tant du capital
Sans même le bien ou le mal
Nous sommes ce que nous possédons
Des maisons, des propriétés, des cloisons
Tout s'y écrit, tout s'y lit
C'est cela que nous appelons la vie
Tout y est de la corporation
Tout y est de la fraction
Avec sa propre culture
Avec sa propre écriture
Avec sa propre politique
Avec sa propre critique
Qui n'en fait pas partie, est une crétine, un crétin
Forcément une niaise, un niais, une vilaine, un vilain
Plusieurs mondes dans un seul monde
Pourtant en réalité un unique et même monde !
Le capital veut tout uniformiser
Dans un faux différencié
Ôter à tous et toutes, l'envie de se révolter
Pour les pauvres, manger de la bouffe pour chiens
Et même de trouver cela bien
Oui, vraiment
Le capital
Est une castration mentale
Et à propos des chiens
C'est en poursuivant un lapin
Que Robot, le chien de feu ( 1923 - 1995 ) Marcel Ravidat, se promenant
Découvrit la grotte de Lascaux, fortuitement
C'était le 8 septembre 1940, la guerre allait venir
Et bien d'autres grottes ou faits fossiles restent à découvrir
Comme en Afrique du Sud, Homo naledi
Forme primitive d'Homo erectus
Ou un autre australopithécus de plus
Selon qui le dit
Dans chaque interprétation, cela varie
Dans la religion, dans la politique, aussi
Il n'y a donc que l'anarchie
Qui jamais ne se contredit
Ni gauche, ni droite, ni centre, ni religion, ni idéologie
Ni haut, ni bas, sans jugement, mais l'osmose, mais l'empathie
Tout est vraiment à faire pour que commence enfin la vie !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Thus
Be our era speed
Who only seems to cause intoxication
The peregrine falcon (Falco peregrinus) is however faster
That the TGV, that him, even more speed
The peregrine falcon it is up to 389 km/h
Approximately 150 km/h with perhaps more than 400 km/h
Animal world, it is swiftest
For speed, it is him the true boss
He sees five to eight times better than us
And technology copies nature, it is all!
So many areas of the world
So many places of the world
There, here or elsewhere
But very forgets itself so quickly, ô misfortune
Thus, everywhere, on planet Is in hiding
Displayed, repeated, hidden, deviated, it is the war
And where that you combine
And no matter what you do
Everywhere hidden horrors
In each area, each country
The conflict of all the hierarchies
All the hierarchies are conflict
To live became a trade
It is necessary to fill of papers
Birth with death, it is necessary to pay
Impossible to stop subscribing itself
Unless committing suicide
It is as for the administration
Under the capital, the life is without the least solution
All is always with double direction
Like a false confidence
It is thus
That on November 11th, 1940, in France
Expressed against the German occupation
High-school pupils of the Rollin high school, in Paris
A resistance before the hour, with the Nazis
But before a a whole nationalist demonstration
Therefore, of all political edges, which was a success
Young people from 15 to 17 years
For the Nazis, one was fusillable at 17 years
And thereafter, all minors
Who resisted, regarded as leaders
Were often off-set
And also often shot
They cried their youth
But not their acts, therefore without distress
Alas, tyranny
Is disputed in a separate way
Alas, tyranny
Is never or if little disputed in its totality
It is what enables him to be renewed
It is what enables him to be regenerated!
Thus, a tyranny drives out the other
And each individual is the apostle
All is the close friend
All is the victim
Since moved back times
The human societies are mass graves
The training of the property
All to want to compare
Of very quickly making fun
All the time to humiliate us
Like
People who can neither read nor to write
What prevented them not from being able to say
And a term which can wound them
Rather pejorative, finally, that of illiterate
This term dates from the years 1970
However, three million people in France
Can neither read nor to write
In any case, which can read? who can write?
Since nothing never changes
The human being always also denied
We do not know to mix the forgery with truth
Like
Fire (1918 - 1985) Jean-Marie Loret
Hidden son of fire Hitler, which knew it
In 1916, at the time of a permission, Hitler would have
Fondled with fire (1898 - 1951) Charlotte Lobjoie
However not a loose woman
But being too poor for its kid, to assume it
It would have made it adopt
Admittedly, there are doubts
Certainly a false route
Notwithstanding
That could be plausible
Without however bursting a fuse
Or then a mythomania of origin
Who returns road study cretin!
The astonishment is not the consent
All business which exceeds the understanding
The truth mixed with the forgery
The forgery is mixed with truth
All is a little true
All is a little false
The capital surfs between two water
To be fertilized, it must make the beautiful one
All thus, comforts it
All thus, consolidates it
It becomes essential to us
All remains in the disposable one
It is distorts it dispute
It is distorts it revolution
New clothes for Fascism
New clothes for capitalism!
And then, one has to admit it
It is obvious for which can observe
The thought reactionary is majority
With what does not resemble to him, it is the war
The thought reactionary looks at the same tv news
The thought reactionary reads the same newspapers, the same repetitions
The thought reactionary looks at me through
As also the person in margin, the revolutionist
All that disturbs the practices
All that disturbs the certainty
For this reason, with the thought reactionary, anarchy
It is its terror, its worst enemy
More no authority
More no property
More no celebrity
No judge, no lawyer, no police officer
On the doors, plus any key
Lastly, each human being, respected
More no border to be able to circulate
For that, a total change of mentality
That the life, finally, can really continue
For the moment
It is the hell on Earth, terror, death
Since the patriarchate, a disastrous fate
In truth, we died, we died
We are death!
We could be the life
Who always starts, never does not finish
To make so that the other is well
Because its to become is related to the mien
More the others are opened out
Inevitably, I am it too
Less the others are opened out
Inevitably, I am not it too
If we use our brains
Not with idiotic tricks
But for the research of the universal harmony
How anarchy would be beautiful!
After others, I repeat it
All is to be imagined
After others, I repeat it
All is to be realized
Anarchy must become reality
And thus against its wall to crash to pieces itself more!
Admittedly
There is much Fascism in the heads
There is much capitalism in the heads
And thus in all them false festivals
But it is like a card deck
To put the domination in checkmate
The game of the capital is not finally distributed
That by some privileged people
It is necessary to shake the coconut to get rid some
All could
To distribute itself liberally
All could
To be done free
Pleasure without equal of the gratification
Gratification of the distribution
Simply
For the pleasure of doing it
The gratification is thus revolutionary
And finally
Much more than compromising
Any label is immobilizing and alienating!
In any case
And it is a generalization there
The propaganda of the capital is displayed
Everywhere, his niches are seen
Not only in the rich person
And we are worth all and all, so much capital
Without same the good or the evil
We are what we have
Houses, properties, partitions
Very written there, is very read there
It is that which we call the life
All is corporation there
All is fraction there
With its own culture
With its own writing
With its own policy
With its clean critical
Who does not belong, is a cretin, a cretin
Inevitably one dilly-dallies, one denied, unpleasant, unpleasant
Several worlds in only one world
However actually single and even world!
The capital wants all to standardize
In a differentiated forgery
To remove with all and all, the desire for revolting
For the poor, to eat puffs out for dogs
And to even find that well
Yes, really
The capital
Is a mental castration
And in connection with the dogs
It is by continuing a rabbit
That Robot, the dog of fire (1923 - 1995) Marcel Ravidat, walking
Discovered the cave of Lascaux, fortuitously
It was on September 8th, 1940, the war was going to come
And many other fossil caves or facts remain to discover
As in South Africa, Gay naledi
Primitive form of Homo erectus
Or another australopithécus moreover
According to which the known as one
In each interpretation, that varies
In the religion, the policy, too
There is thus only anarchy
Who never does not contradict himself
Neither left, neither right-hand side, neither center, neither religion, nor ideology
Neither high, nor low, without judgement, but osmosis, but the empathy
All is really to make so that finally the life starts!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.