US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Condominium, terrorisme du capital
24 Nov 2018
Le capital ne produit que de la pollution...
" Un fond océanique profond fait le tour du monde en 1600 ans
L'océan Atlantique existe depuis plusieurs dizaines de millions d'années
La mer Baltique n'a que plusieurs milliers d'années
Le record de longévité humaine est de 122 ans et 164 jours "

Proverbe finlandais

L'inondation
Du 16 février 1962 à Hambourg
De ce qui nous attend, est un petit tour
Car, avec la fonte de la banquise
Cela sera une toute autre mise
Et voilà qu'en Arctique
Des compagnies pétrolières psychotiques
Veulent développer une activité industrielle
Voilà bien la finalité de la société industrielle
USA, Russie, à la recherche du pétrole
Gaz naturel, gaz liquéfié, une course folle
Et d'autres pays intéressés
Par l'odeur des profits, ils sont alléchés
Une prévision de 90 milliards de barils
La ruée vers l'or noir rend le monde imbécile
Un coût de 100 milliards d'investissement
Euros ou dollars, peu importe, c'est dément
Une région maritime si vaste à exploiter
24 millions de kilomètres carrés
22 pour cent des réserves mondiales
Pour l'industrie pétrolière, le Graal
Mais la glace fond en Arctique
Peu importe aux multinationales, pompes à fric
Des hydrocarbures au pôle Nord
La bêtise peut faire très fort
Mais la perspective de 8 millions de barils par jour
Et à l'Arctique, bien des pays font la cour
C'est encore un peu de la théorisation
Pour une grande catastrophe en prévision !
Car en cas de fuite ou d'accident
Le déversement n'est récupérable qu'à 8 ou 20 pour cent
Et donc une faible partie, seulement
Le Groenland aussi n'est pas en reste
La pollution est toujours à la fête
L'industrie pétrolière
Avec son impressionnante puissance pécuniaire
Contrôle tous les gouvernements
Même les plus garnements
La mafia des matières premières
Production massive des hydrocarbures
Et le monde croule sous les ordures
Tout peut s'écrouler
C'est l'affaire de quelques années
Et puis
Il y a la centrale nucléaire russe de Bilibino
En 1974, construite sur le permafrost, c'est idiot
Réchauffement du sol sous la centrale
Comme un secret d'Etat, c'est fatal
Bientôt
Des centrales nucléaires flottantes
Une mauvaise blague, pas marrante
Toujours la Russie
Tirant sur Greenpeace, avec des fusils
Sachant
Qu'aucun modèle n'est capable de représenter
Ce qui peut réellement se passer
Ainsi, un modèle n'est jamais la réalité
Un effet quantique qui fabrique la subjectivité
Et aussi, ne sont d'aucun vrai secours
Devant l'indétermination climatique, aucun recours
Ni l'outil mathématique
Ni l'outil statistique
C'est à la proximospective forcément critique !
L'on ne peut impunément
Jouer avec les forces de la nature, c'est évident
Et les 37 particules élémentaires
Sans doute toutes présentes dans l'univers
Comme les quatre forces fondamentales
Qui ne connaissent ni bien ni mal
37 particules pour l'instant
Bientôt de nouvelles particules, du changement
Et de l'habituel, le neutrino, qui se travestit
Jamais, ce qu'il est vraiment, l'on ne sait, avec lui
C'est un drôle de fermion
Sa famille des leptons, quarks, et deux grandes familles, fermions et bosons
Des quarks aux trois saveurs
Comme pour certaines liqueurs
Electronique, muonique, tauique
Toute une appellation magique
Mais cela n'empêche rien
Les sols se dégradent, c'est pas malin
Trente trois pour cent
Sont déjà dégradés ou menacés
Diverses autres causes pour la moitié
C'est la fin de nos puits de carbone
Bientôt, des carottes transgéniques, qu'elles seront bonnes
L'industrialisation de toutes les ressources
Malheureusement ne connaît aucune frousse
Le profit avant tout comme seule source !
Et un peu comme le 3 avril 1863, Camerone
Contre le capital, une poignée d'hommes
Là, non pas des légionnaires
Des hommes et des femmes révolutionnaires libertaires
Non plus contre une nombreuse armée mexicaine
Mais contre les valeurs du capital, qu'une autre société advienne
Non plus
La victoire ou la mort
Mais
La liberté ou la mort
Faire d'une autre façon, Camerone
Pour une autre vie qui claironne
Quand l'heure de tout changer, sonne !
Et à ce propos
Le dire n'est pas très rigolo
Ne rien attendre
Au contraire, se déprendre
De la classe artiste ou intellectuelle
Une classe traître à une société nouvelle
Souvent fasciste, stalinienne, capitaliste
Sous le cul de tout pouvoir
Elle est soit de son matin soit de son soir
Déjà
Se prétendre de l'intellectualité
Peut donner l'envie de gerber
Déjà
Se définir comme un ou une artiste
C'est la bêtise prétentieuse en tête de liste
De l'ancien monde
Toute étiquette doit disparaître
Un nouveau monde
Ne pouvant aucunement s'en repaître
Plus aucune supériorité
De personne sur personne
Plus aucune infériorité
De personne sur personne
Car en réalité
Toutes et tous, nous nous imitons
C'est ce que nous appelons la création
Il s'agit d'une création répétée
Perpétuant une création aliénée
J'en suis une preuve vivante
L'idée n'est pas neuve, néanmoins très dérangeante !
Pour le capital, le condominium
Les mafias les moins pires, comme optimum
Un monde de plus en plus irrespirable
Et nous tolérons l'intolérable
Vouloir vivre y devient un outrage
Et la santé humaine de plus en plus précaire
Pollution de fond, des particules nocives dans l'atmosphère
Le Diesel, 42000 décès par an, en France
La qualité de l'air passe après la finance
De l'asthme, des maladies respiratoires
Ozone, parfums d'intérieur, tabac, toute une foire
Allergènes, bref, l'industrie et ses méfaits
Eté 2003, France, canicule, c'est un fait
Et surtout, chez les personnes âgées, 15000 décès
Donc de l'énergie
Et ce qui consomme le plus d'énergie
Au moins 45 pour cent
Surpopulation, il faut donc du bâtiment, c'est ainsi
Et nous passons 80 pour cent
De notre vie dans un bâtiment
Nous ne sommes pourtant
Que de l'énergie solaire transformée
Du soleil à l'homme, c'est vite oublié
Le capital produit de la pollution
Avec une consommation de cette pollution
Nos déplacements, notre alimentation, notre habitation
Avec une seule loi, le fascisme de la dérégulation
Le capitalisme, pour le vivant en général, est un violent poison !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

“A major oceanic bottom goes the world in 1600 years
The Atlantic Ocean exists since several tens of million years
The Baltic Sea has only several thousands of years
The record of human longevity is 122 years and 164 days “

Finnish proverb

The flood
Of February 16th, 1962 in Hamburg
From what awaits us, is a small round
Because, with the cast iron of the ice-barrier
That will be a very other setting
And here is that in the Arctic
Oil companies psychotics
Want to develop an industrial activity
Here is the finality of the industrial society
The USA, Russia, in search of oil
Natural gas, liquid gas, a mad dash
And other interested countries
By the odor of the profits, they are enticed
A forecast of 90 billion barrels
The rush towards oil makes the world idiotic
A cost of 100 billion investment
Euros or dollars, it does not matter, it is lunatic
A so vast maritime area to exploit
24 million square kilometers
22 percent of world reserves
For oil industry, Graal
But the ice melts in the Arctic
It does not matter with the multinationals, pumps with money
Hydrocarbons with the north pole
The silly thing can make very extremely
But the prospect for 8 million barrels per day
And in the Arctic, many country make the court
It is still a little theorization
For a great catastrophe in forecast!
Because in the event of escape or of accident
Discharge is recoverable only to 8 or 20 percent
And thus a weak part, only
Greenland is also not in rest
Pollution is always with the festival
Oil industry
With its impressive pecuniary power
Control all governments
Even more young imps
The Mafia of the raw materials
Massive production of hydrocarbons
And the world collapses under the refuse
All can collapse
It is the business of a few years
And then
There is the Russian nuclear power plant of Bilibino
In 1974, built on permafrost, it is idiotic
Warming of the ground under the power station
Like a State secret, it is fatal
Soon
Floating nuclear power plants
A dirty trick, not funny
Always Russia
Drawing on Greenpeace, with rifles
Knowing
That no model is able to represent
What can really occur
Thus, a model is never reality
A quantum effect which manufactures subjectivity
And also, are not of any true help
In front of the climatic indetermination, any recourse
Nor the mathematical tool
Nor the statistical tool
It is with proximospective inevitably critical!
One cannot with impunity
To play with the forces of nature, it is obvious
And 37 elementary particles
Undoubtedly all present in the universe
Like the four fundamental forces
Who know neither well nor badly
37 particles for the moment
Soon of new particles, the change
And of usual, the neutrino, which is disguised
Never, which it is really, one does not know, with him
It is funny of fermion
Its family of the leptons, quarks, and two large families, fermions and bosons
Quarks with three flavours
As for certain liquors
Electronics, muon, tau
A whole magic name
But that prevented anything
The grounds are degraded, it is not malignant
Thirty-three percent
Are already degraded or threatened
Various other causes for half
It is the end of our carbon wells
Soon, transgenic carrots, which they will be good
Industrialisation of all the resources
Unfortunately does not know any fun
Profit before just like only source!
And a little like on April 3rd, 1863, Camerone
Against the capital, a handful of men
There, not of the legionaries
Libertarian men and revolutionary women
Either against a many Mexican army
But against the values of the capital, that another company occurs
Either
Victory or death
But
Freedom or death
To make in another way, Camerone
For another life which shouts
When the hour all to change, sounds!
And on this subject
To say is not very funny
Nothing to wait
On the contrary, déprendre
Class artist or intellectual
A class traitor at a new company
Often fascistic, Stalinist, capitalist
Under the bottom of any power
It is either of its morning or of its evening
Already
To claim itself of intellectuality
Can give the desire for stacking
Already
To be defined as one or an artist
It is the pretentious silly thing top of the list
Old world
Any label must disappear
A new world
Not being able at all to feed about it
More no superiority
Of anybody on anybody
More no inferiority
Of anybody on anybody
Because actually
All and all, we imitate ourselves
It is what we call creation
It is about a repeated creation
Perpetuating an alienated creation
I of it am an alive proof
The idea is not new, nevertheless very disturbing!
For the capital, the condominium
The least worse Mafias, like optimum
An increasingly unbreathable world
And we tolerate the intolerable one
To want to live there becomes an insult
And increasingly precarious human health
Basic pollution, of the harmful particles in the atmosphere
The Diesel, 42000 deaths a year, in France
Air quality passes after finance
Asthma, respiratory diseases
Ozone, perfumes of interior, tobacco, a whole fair
Allergens, in short, industry and its misdeeds
Summer 2003, France, heat wave, it is a fact
And especially, at the elderly people, 15000 deaths
Thus of energy
And what consumes the most energy
At least 45 percent
Overpopulation, one thus needs building, it is thus
And we pass 80 percent
Of our life in a building
We are not however
That converted solar energy
Sun with the man, it is quickly forgotten
The produced capital of pollution
With a consumption of this pollution
Our displacements, our food, our dwelling
With only one law, the Fascism of the deregulation
Capitalism, for the alive one in general, is a violent poison!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.