US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Paraphysique de la désespérance
07 Jan 2019
Toute une supercherie spectacularisée...
Tant de monde
Dans le même monde
Tant de planètes
Sur une même planète
Tant de peuples
Du même peuple
Avec des codes, des rites
Des rencontres, des mythes
Comme le monde de la manifestation
Où l'on est en représentation
Comme si l'on enfilait une panoplie
De cela ou de ceci
J'aime manifester, ceci dit
Nantes
Où je vais manifester quand je le puis
Où je vais manifester quand j'y suis
Mais surtout si cela respire l'anarchie
Avec des jeunes qui veulent en découdre
Je l'aime tant cette foudre
Que toujours je puis les absoudre
Donc, Nantes, samedi 23 janvier 2016
14H à " Commerce ", c'est le rendez-vous
Contre l'Etat d'urgence, personne, suis-je fou ?
Bon, un quiproquo, c'est tout
Il y a aussi une farandole festive
Moins radicale et moins jouissive
Contre l'inutile aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Contre cela, en Bretagne, personne ne glande
J'y fais donc une randonnée
Pour des slogans libertaires autocollés
Et à quelques copains, le bonjour est donné
Rémi, Pierre, Guy, Fred, Tara
Jacques ne peut-être là
Avec son pied entorsé
Qui furent rencontrés dans des manifestations, voilà !
C'est de la lutte ouvrière
C'est tout un monde solidaire
Un peu comme le monde des dockers
Comme au port de Le Havre, 2500 dockers
15000 employés, surface comme la ville de Paris
Où tout est fureur, tout est furie
68 millions de tonnes de marchandises
Chaque année, qu'on se le dise
Un docker gagne 2300 euros par mois
17 corps de métiers différents de dockers
Une ambiance familiale, encore solidaire
Tout monde est à part
Tout être humain en prend sa part
Les grands ports
Les grands magasins
Les grandes usines
Les grands bureaux
Les petites et grandes écoles
Les cinémas, théâtres, stades
Comme d'autres vies
Sur d'autres planètes
Comme d'autres mondes
Avec leurs propres manettes
Pour les transports, encore, je râle
Il faudrait surtout du transport fluvial
Cela serait le moindre mal
Beaucoup plus économique
Beaucoup plus écologique
Déjà, 2 500 000 conteneurs transitent par la Seine
Et plus de joie et moins de peine
Un cinquième seulement
De toute la marchandise qui transite, c'est navrant !
Tout ne pouvant se structurer
Que dans l'histoire des mentalités
Et en science
Ou autre domaine, c'est une évidence
L'on ne peut trouver
Que ce qui peut nous arranger
Selon son idéologie, ses idées, ses croyances, sa religion
Selon sa famille, selon sa condition
Nous ne pouvons imaginer ou voir
Que ce que nous pouvons croire
Mais avec la pensée de la séparation
Corporatisme de toutes les contradictions
Un savant conservateur en politique
Peut-être ainsi un novateur scientifique
L'on pense de suite à feu ( 1822 - 1895 ) Louis Pasteur
Qui en son domaine fut à l'heure
Car il faut aussi ne pas croire
Ce que l'on croit faussement apercevoir
Feu ( 1888 - 1918 ) Roland Garros, visionnaire
Qui prédit l'avion électrique, encore à faire
Avion électrique, voiture électrique
De l'énergie solaire dans les batteries
Car le nucléaire y serait une ineptie
Peut-être un jour le tout électro-solaire
Sinon, terminus, plus rien à faire
Mais il faudrait une mentalité solaire
Qui s'opposerait forcément à la mentalité réactionnaire
Tout au vent, à l'eau, au soleil, la vie révolutionnaire !
Sinon
Le capitalisme vert
N'empêchera pas une mentalité réactionnaire
Et à propos
De ce qui est laid, de ce qui est beau
Quand tout est dans tout
Quand peu rime avec beaucoup
Encore Nantes
Car la révolte l'aimante
Jeudi 21 janvier 2016
Des royalistes commémorent feu le roi Louis 16
Place Foch, une trentaine de royalistes
En face, comme un rite, une trentaine d'antifascistes
Et comme à chaque fois
Dans ce monde c'est une loi
Une bagarre générale
Mais finalement peu de mal
La police était là
Qui connaît bien son agenda
C'est son métier, voilà !
Il n'y a donc pas un monde
Il y a des mondes
Le monde des associations
Le monde des organisations
Le monde de l'information
Le monde de la prison
Le monde de la manifestation
Le monde des partis et des syndicats
Le monde de la science
Le monde de la finance
Le monde du travail
Le monde du sport
Le monde de la famille
Le monde de l'enseignement
Le monde du divertissement
Le monde de la réaction
Le monde de la révolution
Monde de la corporation
Monde de la destruction
Et c'est toute cette séparation
Qui est le ciment de la domination !
Mais
Tout s'effondre sous nos yeux
Quand il ne peut y avoir aucun mieux
Nous en apercevons les premiers feux
Qui sont aussi les derniers feux
Des documentaires nous le disent
Des films nous le prédisent
Le capital affiche son entière catastrophe
Tout le monde, de ce fait, y est comme amorphe
Et c'est aussi la pollution de l'air
Par an, 7 millions de décès
Dans le monde, sans aucun procès
Pour s'empoisonner, l'humanité inhumanité sait tout faire
Particules fines, divers gaz
Le monde entier est une chambre à gaz
Et avec les courants aériens
Tout ce qui pollue, joue au plus fin
Pologne, Allemagne, France, voilà la vie
Chine, Californie, le monde est nazi
Chaque pays exportant sa pollution
Des forces de la nature en tourbillon
25 à 30 villes, des mégapoles
Plus de 10 millions de personnes, ambiance folle !
Et pour l'airpocalypse
Il n'y aura plus aucune éclipse
Même avec l'agriculture urbaine
Pour compenser l'excroissance, urbaine
Car une personne sur deux
Habite maintenant en ville, c'est comme un feu
Mais l'écologie urbaine
Face à la nature, n'est pas une aubaine
Comme en France
750 centres commerciaux, une démence
16 millions de mètres carrés
Le record en Europe
Pour la bêtise, la France, encore au top
Trois milliards de visites par an
Des enseignes, des marques, des clients
Et la locomotive alimentaire
C'est plus impératif que s'envoyer en l'air
C'est plus indispensable que se distraire
Et donc aussi des parkings, des ronds-points
Tout est étudié, tout est malin
Avec Diesel, sa mauvaise haleine
Et des nanoparticules bien cancérigènes
Et déjà, en 1952, le smog, tout se poursuit
Autrefois, l'essence au plomb, cela n'est jamais fini !
Malgré tout
Et c'est vraiment fou
Environ 250 000 espèces sous-marines
Que l'espèce humaine débine
Mais encore des millions d'espèces inconnues
Dans les grands fonds marins, qui l'eut cru ?
Et pendant ce temps
De l'inhumanité du paradoxalement
Pour les banques, de la rentabilité
Le seul moteur pour les motiver
4 pour cent
Le logement à long terme
7,5 pour cent
Le centre commercial à long terme
Et à vrai dire, contre le capital
Rien ne vaut la bonne vieille grève générale
C'est à l'économie qu'il faut faire mal
Mais les riches bourgeoisies
Savent tout mettre à l'abri
Comme par rapport aux nazis
Le 3/9/1939, du Louvre à Chambord
Pour tous les tableaux, un autre port
203 véhicules, 1862 caisses
Convoi artistique, une drôle de messe !
40 km/heure, tout fut bien organisé
Par feu ( 1895 - 1967 ) Jacques Jaujard, résistant oublié
Contre les bombardements et les pillages
Comme le pilleur, le gros ( 125 kg ) feu Göring
Pour lui l'art était un ring
Et aussi de la destruction, ainsi 600 tableaux
Pour l'idéologie nazie cela n'était pas beau
Au feu, Picabia, Klee, Picasso
C'est en 1943, que cela fut brûlé
Un art soi-disant dégénéré
Et d'un nazisme l'autre
Tout gouvernement en est subtilement l'apôtre
Pollution des sols et des airs
Pollution des océans et des mers
C'est une véritable guerre
Peut-être la plus meurtrière
Pollution de nos mentalités
Quand il n'y a plus aucune vraie solidarité
Plus aucune chaleur humaine
Quand l'inhumanité fait sa semaine
L'on se regarde toujours de travers
Sous le capitalisme, personne n'est un frère
Et plus que des méchantes ou des méchants
Il y a surtout des concurrentes et des concurrents
Tout est un concours, tout est un examen
Et l'on en vient ainsi vite aux mains
Et tous les nouveaux assis
Qui se prétendent toujours debout, j'en ris
Toute une supercherie spectacularisée
Oui, il faut le répéter
Cela n'est rien du tout
Commençons le combat, moi, toi, vous, elles, ils, nous !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

So many people
In the same world
So many planets
On the same planet
So many peoples
From the same people
With codes, rites
Meetings, myths
Like the world of the event
Where we are in representation
As if we put on a panoplie
From this or this
I like to manifest, that said
Nantes
Where I will manifest when I can
Where I'm going to protest when I'm there
But especially if it exudes anarchy
With young people who want to do battle
I love it so much this lightning
That I can always absolve them
So, Nantes, Saturday, January 23, 2016
14H at "Commerce" is the appointment
Against the state of emergency, no one, am I mad?
Well, a misunderstanding, that's all
There is also a festive farandole
Less radical and less enjoyable
Against the useless airport of Notre-Dame-des-Landes
Against this, in Brittany, no one gland
I'm doing a hike
For libertarian slogans
And to some friends, hello is given
Remi, Pierre, Guy, Fred, Tara
Jacques can not be there
With his foot sprained
Who were met in demonstrations, that's it!
It's workers' struggle
It's a whole world of solidarity
A bit like the world of dockers
As at the port of Le Havre, 2500 dockers
15000 employees, surface like the city of Paris
Where all is fury, everything is fury
68 million tons of goods
Every year, let it be said
A docker earns 2300 euros per month
17 different trades of dockers
A family atmosphere, still united
Everybody is different
Every human being takes his share
The big ports
Big stores
Large factories
Large offices
Small and large schools
Cinemas, theaters, stadiums
Like other lives
On other planets
Like other worlds
With their own controllers
For transportation, again, I groan
It would be necessary mainly for river transport
This would be the least harm
Much more economical
Much more ecological
Already 2,500,000 containers transit the Seine
And more joy and less trouble
Only one-fifth
Of all the goods that transits, it is heartbreaking!
All can not be structured
What in the history of mentalities
And in science
Or another area, it's obvious
We can not find
What can we arrange
According to his ideology, his ideas, his beliefs, his religion
According to his family, according to his condition
We can not imagine or see
What we can believe
But with the thought of separation
Corporatism of all contradictions
A conservative scholar in politics
Perhaps so a scientific innovator
We think immediately fire (1822 - 1895) Louis Pasteur
Who in his field was on time
Because we also do not believe
What we mistakenly believe
Fire (1888 - 1918) Roland Garros, visionary
Who predicts the electric plane, yet to be done
Electric plane, electric car
Solar energy in batteries
Because nuclear power would be an inept
Maybe someday electro-solar
Otherwise, terminus, nothing to do
But it would take a solar mentality
Who would necessarily oppose the reactionary mentality
All in the wind, in the water, in the sun, the revolutionary life!
If not
Green capitalism
Will not stop a reactionary mentality
And about
From what is ugly, from what is beautiful
When everything is in everything
When little rhyme with a lot
Still Nantes
Because the revolt the loving
Thursday, January 21, 2016
Royalists commemorate the late King Louis 16
Place Foch, thirty royalists
Opposite, like a rite, thirty antifascists
And as always
In this world it's a law
A general fight
But finally, little harm
The police were there
Who knows his schedule
It's his job, that's it!
So there is not a world
There are worlds
The world of associations
The world of organizations
The world of information
The world of prison
The world of the event
The world of parties and unions
The world of science
The world of finance
The world of work
The world of sport
The family world
The world of education
The world of entertainment
The world of reaction
The world of revolution
World of the corporation
World of destruction
And that's all this separation
Who is the cement of domination!
But
Everything collapses under our eyes
When there can be no better
We can see the first fires
Who are also the last fires
Documentaries tell us
Films predict it
Capital shows its entire catastrophe
Everyone, because of this, is as amorphous
And it's also air pollution
Per year, 7 million deaths
In the world, without any lawsuit
To be poisoned, humanity inhumanity knows how to do everything
Fine particles, various gases
The whole world is a gas chamber
And with the air currents
All that pollutes, plays at the finest
Poland, Germany, France, that's life
China, California, the world is Nazi
Each country exporting its pollution
Swirling forces of nature
25 to 30 cities, megacities
More than 10 million people, crazy atmosphere!
And for airpocalypse
There will be no eclipse
Even with urban agriculture
To compensate for the outgrowth, urban
Because one in two
Live now in the city, it's like a fire
But the urban ecology
Facing nature, is not a bargain
Like in France
750 shopping centers, dementia
16 million square meters
The record in Europe
For stupidity, France, still at the top
Three billion visits a year
Signs, brands, customers
And the food locomotive
It's more imperative than getting laid in the air
It's more essential than being distracted
And so also car parks, roundabouts
Everything is studied, everything is clever
With Diesel, his bad breath
And well carcinogenic nanoparticles
And already, in 1952, smog, everything continues
In the past, leaded gasoline is never finished!
Nevertheless
And it's really crazy
About 250,000 underwater species
That the human species debouches
But still millions of unknown species
In the deep sea, who thought so?
And during this time
From the inhumanity of paradoxically
For banks, profitability
The only engine to motivate them
4 percent
Long-term housing
7.5 percent
The long-term shopping center
And in truth, against the capital
Nothing beats the good old general strike
It's up to the economy to hurt
But the rich bourgeoisie
Know everything to put away
As compared to the Nazis
On 3/9/1939, from the Louvre to Chambord
For all paintings, another port
203 vehicles, 1862 crates
Artistic convoy, a funny mass!
40 km / hour, everything was well organized
By fire (1895 - 1967) Jacques Jaujard, resistant forgotten
Against bombing and looting
As the looter, the big (125 kg) fire Göring
For him art was a ring
And also of destruction, thus 600 paintings
For the Nazi ideology it was not beautiful
Fire, Picabia, Klee, Picasso
It was in 1943 that it was burned
A so-called degenerate art
And from one Nazism the other
All government is subtly the apostle
Soil and air pollution
Pollution of oceans and seas
It's a real war
Perhaps the most deadly
Pollution of our mentalities
When there is no longer any real solidarity
No more human warmth
When inhumanity makes its week
We always look at each other
Under capitalism, no one is a brother
And more than wicked or bad guys
There are mostly competitors and competitors
Everything is a contest, everything is an exam
And that comes quickly to the hands
And all new sit
Who still claim standing, I laugh
A spectacular trickery
Yes, it must be repeated
This is nothing at all
Let's start the fight, me, you, you, they, they, us!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouete, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.