US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Paraphysique de la neuropolitique
14 Mar 2019
La seule pandémie souhaitable serait celle de l'anarchie...
" L'atome-monde s'est brisé en fragments, et puis chaque fragment en morceaux plus petits. L'évolution du monde peut être comparée à un feu d'artifice qui vient de se terminer. Quelques mèches rouges, cendres et fumées. Debout sur une escarbille mieux refroidie, nous voyons s'éteindre doucement les soleils et nous cherchons à reconstruire l'éclat disparu de la formation des mondes . "

Georges Lemaître, 1894 - 1966 ( prêtre et mathématicien belge , qui avait le sobriquet de Big Bang Man, qui est devenu aujourd'hui le Big Bang )

Avec le rehoming
Pour l'adoption, nouveau timing
C'est en Amérique du Nord
Qu'aux enfants adoptés, on fait ce mauvais sort
Des enfants adoptés
Sur catalogue, on peut les commander
Puis aussi bien les rejeter
Et une autre famille, il faut retrouver
Ainsi, chaque année
Aux USA, 25000 enfants sont jetés
Comme toute autre marchandise
L'être humain aussi, qu'on se le dise
Des enfants sont donc vendus ou échangés
Parfois aussi, violés et maltraités
Mais cela n'est pas étonnant
Dans notre monde marchand
Où tout finalement
Se vend ou se loue au plus offrant
Et une sorte de droit de cuissage
Pour le constater, inutile d'être un sage
Pas seulement en sexualité
Car le corps de la femme peut s'acheter
L'argent lui procurant une certaine sécurité
Mais aussi pour toutes les activités !
Et au fond
Le monde marchand est totale déraison
L'amour, en fait, le cul, cela s'achète
L'amitié, cela s'achète
Une voiture, cela s'achète
Pour le restaurant, il faut payer
Pour le cinéma, il faut payer
Pour se loger, il faut payer
Pour voyager, il faut payer
Pour manger, il faut payer
Pour absolument TOUT, il faut payer
Une prostitution généralisée
Car avec l'argent, tout est prostitué
Tous les rapports humains faussés
Et cela est d'une telle banalité
Que le sujet n'est même plus évoqué
Plus tabou encore que la sodomie
Qui pourtant, de la sexualité fait partie
Mais dans la soumission mondialisée
Des gens en train de baiser
Je n'arrive même plus à l'imaginer !
Et la sélection par l'inhumanité
Et la sélection dans et pour l'inhumanité
Toutes les crapules qui veulent nous diriger
Toutes les ordures qui veulent nous dominer
Comme pour les vigiles de la RATP
Comme pour les présentateurs et présentatrices de la télé
Bref, c'est l'inhumanité qui est devenue la normalité !
Quand aux hommes politiques
Pires que les tueurs en série
Quand aux femmes politiques
Pires que les tueuses en série
Une balle et une rafale
Voilà comme moindre mal
De ce monde où tout est pourri
Et déjà des prototypes androïdes
Comme bina 48, une sorte d'Hybride
Pas totalement de corps, mais répond aux questions
Toute technologie sert la réaction
Le robot n'est qu'à l'image de l'être humain
Cela fait déjà du vilain
Et puis aussi la connectonique
Téléchargement du cerveau humain dans l'informatique
Toutes ses mémoires sur disque dur
L'humanité qui se déshumanise au fur et à mesure
Donc, à quoi bon
Toutes les nouvelles ou anciennes illusions
Comme la cryogénisation
Quand tout est fragmenté
Quand tout est divisé
Quand tout est séparé
L'unité de la division
La division de l'unité
Sauf pour la répression et la fascisation !
Par tout, en tout, c'est du flicage
Mais le monde est soumis, sans rage
Nom, prénom, âge
Profession, numéro de téléphone, courriel, des cages
Comme à la SNCF
Quand il faut acheter un billet
Le fichage vous déplaît, alors pas de billet
Oui, dans une débile société
Il n'y a que de débiles métiers
Car, inévitablement, à cette inepte société
Tous les métiers comme toutes les activités
Ne peuvent forcément qu'y participer
Certes
De près ou de loin
Le système étant très malin
Peut se faire passer pour humain
Avec son secteur de la distraction
Avec son secteur de la récupération
Avec son secteur de la fausse contestation
Ce qui implique toute une administration
Et donc des gens qui y travaillent
C'est valable pour les autres tenailles
Voilà bien là, la véritable racaille
Ce fascisme qui sait vite combler les failles
Il n'y a plus rien à défendre, TOUT, je raille !
Nous n'avons
En effet, rien à défendre
Nous n'avons
Que du système, à nous déprendre
Mais la plupart du temps
Et même des manifestantes et des manifestants
Dont pourtant, je suis un actif et un partisan
Ce sont des revendications partielles
Qui perdent donc, tout venin et tout fiel !
Certes
Quelques belles actions
Vitrines de banques brisées, sièges politiques saccagés
Mais hélas par une petite minorité
De toutes façons, par les assurances
Tout est remboursé, elle fait fi de tout, la finance !
Cela dit
Ne pas tomber dans une idéologie
Idéologie de la casse, mais casse de l'idéologie
Je suis aliéné, tu es aliéné, il ou elle est aliéné
Nous sommes aliénés
Vous êtes aliénés
Ils ou elles sont aliénés
L'oublier
Serait faire preuve d'imbécillité
Toute contestation fragmentée
N'est qu'un fragment de l'aliénation contestée !
Et déjà, dans cette société technocentrée
Le système nerveux par Internet, prolongé
Internet prolonge le système nerveux
Neuropolitique comme un nouveau dieu
Neuropolitique comme neuroleptique
Et les gens de plus en plus bêtes
Le seul dieu véritable est le fric
La fragmentation de la vérité
N'est que la vérité de la fragmentation
Elle ne peut rien y faire la myélinisation
Du cerveau humain, c'est pourtant une protection
Substance blanche, acquisition de l'évolution
Pour les réflexes, l'anticipation, la mémorisation
Donc, pour l'apprentissage, sous contrôle de la domination
Ce qui devient, pour le vivant, de la destruction
Huile de palme, pour les forêts, une annihilation
Et les orangs-outans en voie de disparition
Tout procédant de la même façon
L'espèce humaine ne retient aucune leçon
Et la réflexion en pleine évaporation
De certains paradoxes, l'interaction faible
C'est pourtant de l'énergie solaire
Cela alimente aussi, hélas, les centrales nucléaires
Ou comme la lumière naturelle
Ou comme la lumière artificielle
Qui sont des ondes électromagnétiques
Des ondes électromagnétiques ni laides, ni belles
Pourtant dans l'Univers
Un atome par mètre cube, rare est la matière !
Un peu
Comme le sexe de la femme
Dit faible, le sexe fort, c'est pourtant la femme
Devant, tous les hommes se pâment
Et tous succombent à son charme
Pour l'avoir, l'homme ment et devient infâme
Et toujours le droit de cuissage
Le puissant, la célébrité, le riche
Qui remplacent le seigneur, la même niche
Il n'a jamais disparu le servage
Et après cela
La belle farce que voilà
Des gens deviennent des jurés
D'autres moins chanceux, ils osent juger
Certes
En France, la ou le juré d'assises
Qu'on se le dise
Doit avoir plus de 23 ans
Un casier judiciaire vierge, forcément
Inscrit ou inscrite sur les listes électorales
C'est la logique du capital
Mais l'on ne peut-être
Ni militaire, ni policier
Et donc chaque année
20.000 jurés d'assises sont appelés
3750 euros d'amende pour qui ose refuser
Le principe de l'école autrefois
La punition comme seule loi
Manifeste hier, subtile aujourd'hui
Quand l'enseignement était et est toujours nazi
Un exemple illustré
De ce nazisme longtemps pratiqué
Jadis, l'instituteur donnait des claques
Par procuration, l'élève étant sa matraque
L'élève qui refusait, un autre élève, de le gifler
Et bien, par l'autorité, cet élève était giflé !
Et autres petites tortures quotidiennes
Avant que la subtile répression, n'advienne
En vérité
Il n'y a pas de monde
En vérité
Il n'y a que l'immonde
Comme la borréliose de Lyme
Contre cela, aucune lime
Des bactéries qui infestent les tiques
Et par ricochet, les êtres humains, c'est le hic
27000 cas en France, par an
Un million de cas et plus en Allemagne, par an
Des centaines de milliers de cas aux USA, par an
Maladies articulaires, troubles de psychiatrie
Fauteuils roulants, peut se déclarer après des décennies
Voilà une peu populaire pandémie
La seule pandémie souhaitable serait l'anarchie
Le temps de la peste
Le temps de la syphilis
Le temps du sida
Le temps de Borrelia
L'odeur du capital, à la surface du monde, empeste !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

"The atom-world broke into fragments, and then each fragment into smaller pieces.The evolution of the world can be likened to a firework that has just ended.Some red strands, ashes and smokes. Standing on a cooler stalk, we see the suns go out slowly and we seek to reconstruct the vanished brightness of the formation of the worlds. "

Georges Lemaître, 1894 - 1966 (Belgian priest and mathematician, who had the nickname of Big Bang Man, who became today the Big Bang)

With rehoming
For adoption, new timing
It's in North America
That adopted children, we do this bad luck
Adopted children
On catalog, we can order them
Then as well reject them
And another family, we must find
So every year
In the USA, 25,000 children are thrown
Like any other merchandise
The human being too, let it be said
Children are sold or exchanged
Sometimes also, raped and abused
But that's not surprising
In our merchant world
Where everything finally
Sells or rents to the highest bidder
And a kind of right of cuissage
To find out, needless to be a wise
Not only in sexuality
Because the body of the woman can be bought
Money giving him some security
But also for all activities!
And basically
The merchant world is total unreason
Love, in fact, the ass, that is bought
Friendship, that can be bought
A car, that can be bought
For the restaurant, you have to pay
For the cinema, you have to pay
To stay, you have to pay
To travel, you have to pay
To eat, you have to pay
For absolutely ALL, you have to pay
A widespread prostitution
Because with money, everything is prostituted
All human relationships distorted
And that is such a banality
That the subject is not even mentioned anymore
More taboo than sodomy
Who, however, is part of sexuality
But in the globalized bid
People fucking
I can not even imagine it anymore!
And selection by inhumanity
And the selection in and for inhumanity
All the scoundrels who want to lead us
All the garbage that wants to dominate us
As for the vigilantes of the RATP
As for presenters and TV presenters
In short, it is the inhumanity that has become normality!
When to politicians
Worse than serial killers
When to women politicians
Worse than serial killers
A bullet and a burst
That's like less harm
From this world where everything is rotten
And already Android prototypes
Like bina 48, a kind of Hybrid
Not totally body, but answers questions
Any technology serves the reaction
The robot is only in the image of the human being
It's already naughty
And then also the connectonics
Downloading the human brain into the computer
All his memories on hard disk
Humanity that is dehumanizing as and when
So what's the point
All new or old illusions
Like cryopreservation
When everything is fragmented
When everything is divided
When everything is separate
The unit of the division
The division of the unit
Except for repression and fascism!
By all, in all, it's coping
But the world is submissive, without rage
Name, first name, age
Occupation, phone number, email, cages
As at SNCF
When to buy a ticket
Filing does not please you, so no ticket
Yes, in a moronic society
There are only business idiots
Because, inevitably, to this inept society
All trades and activities
Can only necessarily participate
Certainly
Near or far
The system is very clever
Can pretend to be human
With his distraction sector
With its recovery sector
With his area of ​​false contention
Which involves an entire administration
And so people who work there
This is valid for other pincers
That's it, the real scum
This fascism that knows how to fill the gaps
There is nothing more to defend, EVERYTHING, I mock!
We do not have
Indeed, nothing to defend
We do not have
What of the system, to us
But most of the time
And even protesters and protesters
Which, however, I am an active and a partisan
These are partial claims
Whoever loses, all venom and all gall!
Certainly
Some nice actions
Broken bank windows, ransacked political seats
But alas by a small minority
In any case, by the insurance companies
Everything is paid off, it does not matter, finance!
That said
Do not fall into an ideology
Ideology of the case, but breaks of the ideology
I am insane, you are insane, he or she is insane
We are insane
You are insane
They are alienated
forget it
Would be imbecile
Any fragmented dispute
Is only a fragment of disputed alienation!
And already, in this technocentric society
The nervous system by Internet, prolonged
Internet prolongs the nervous system
Neuropolitics as a new god
Neuropolitics as neuroleptic
And more and more stupid people
The only true god is the money
Fragmentation of the truth
Is only the truth of fragmentation
She can not do anything about myelination
Of the human brain, it is a protection
White substance, acquisition of evolution
For reflexes, anticipation, memorization
So, for learning, under control of domination
What becomes, for the living, destruction
Palm oil, for forests, annihilation
And the endangered orangutans
All proceeding in the same way
The human species retains no lesson
And reflection in full evaporation
From some paradoxes, the weak interaction
Yet it is solar energy
It also feeds, alas, nuclear power plants
Or as natural light
Or as artificial light
Which are electromagnetic waves
Electromagnetic waves neither ugly nor beautiful
Yet in the Universe
One atom per cubic meter, rare is the material!
A little
Like the sex of the woman
Said weak, strong sex, yet it's woman
In front, all men are swooning
And all succumb to its charm
To have it, the man lies and becomes infamous
And always the right of cuissage
The powerful, the celebrity, the rich
Which replace the lord, the same niche
He never disappeared serfdom
And after that
The beautiful joke that is
People become jurors
Others less fortunate, they dare to judge
Certainly
In France, the juror of assizes
Spread the word
Must be over 23
A clean criminal record, necessarily
Registered or registered on the electoral lists
This is the logic of capital
But we can not be
Neither military nor police
And so every year
20,000 jury members are called
3750 euros fine for who dares to refuse
The old school principle
Punishment as the only law
Manifesto yesterday, subtle today
When teaching was and still is Nazi
An illustrated example
From this Nazism long practiced
Formerly, the teacher gave slaps
By proxy, the student being his baton
The student who refused, another student, to slap him
Well, by authority, this student was slapped!
And other small daily tortures
Before the subtle repression, does not happen
In truth
There is no world
In truth
There is only the foul
Like Lyme borreliosis
Against this, no lime
Bacteria that infest ticks
And indirectly, the human beings is the hiccup
27,000 cases in France, per year
One million cases and more in Germany, per year
Hundreds of thousands of cases in the US, per year
Joint diseases, psychiatric disorders
Wheelchairs, can be declared after decades
That's a little popular pandemic
The only desirable pandemic would be anarchy
The time of the plague
The time of syphilis
The time of AIDS
The time of Borrelia
The smell of capital, on the surface of the world, stinks!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouete, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.