US Indymedia Global Indymedia Publish About us
Printed from Boston IMC : http://boston.indymedia.org/
Boston.Indymedia
IVAW Winter Soldier

Winter Soldier
Testimonies
Brad Presente

Other Local News

Spare Change News
Open Media Boston
Somerville Voices
Cradle of Liberty
The Sword and Shield

Local Radio Shows

WMBR 88.1 FM
What's Left
WEDS at 8:00 pm
Local Edition
FRI (alt) at 5:30 pm

WMFO 91.5 FM
Socialist Alternative
SUN 11:00 am

WZBC 90.3 FM
Sounds of Dissent
SAT at 11:00 am
Truth and Justice Radio
SUN at 6:00 am

Create account Log in
Comment on this article | Email this article | Printer-friendly version
News :: Globalization
Intellectuels d'élevage, intellectuels de batterie, intellectuels industriels
20 Aug 2019
Mais un rien, pas même prolétaire...
Certes, j'écris toujours en quatrième vitesse
Tant ma révolte est en détresse
Comme l'Histoire qui oublie ses enfants
Deux inclassables, deux marginaux
De la même région, c'est rigolo
Feu l'anarchiste ( 1825 - 1862 ) Ernest Coeurderoy
Feu le chevalier d'Eon ( 1728 - 1810 ) agent secret du roi
Et ce qui ne coule
Dans aucun moule
Cela dérange, cela chamboule
C'est ce que je disais à une dame érudite
Qui à Tonnerre, et d'une façon inédite
Organise des expositions de peinture
Dans l'hôtel Coeurderoy au fur et à mesure
Comme celle sur la veuve de feu Ernest Coeurderoy
Peintresse trop peu connue, ma foi
Marie-Justine Rampont
Et qui se souvient d'elle, ou de Coeurderoy, ou d'Eon ?
Même à Tonnerre
Pas étonnant en notre ère
Deux inclassables
Dont ne veut aucun cartable
Coeurderoy théoricien de l'anarchie
Aux oubliettes est son esprit
Les libertaires l'ignorent, c'est dit
Sa mère, hélas, brûla sa correspondance, c'est regrettable !
C'est de lui, dont je me sens le plus proche
Mais dépressif, il se trancha les veines, sa fin fut moche
Comme moi, il voulait faire table rase
De tout un monde complètement naze
Pas étonnant
Si je suis domicilié à côté de cet anar
De sa maison de famille, il n'y a pas de hasard
Moi aussi, j'erre d'une ville l'autre
Jadis, d'un pays l'autre
Mais lui était fils de médecin
Lui-même aussi médecin
Moi un fils de prolétaire
Mais un rien, pas même prolétaire
Donc, par la pensée, je l'ai rencontré, et néanmoins
Je sens son fantôme, qui n'est pas loin
Cela aurait été, c'est un copain
Chez moi viens prendre un verre
Pour une causerie vraiment révolutionnaire
Pendant des heures
Je pourrais en parler, sans passer pour un crâneur
De Coeurderoy, d'Eon
Mais de Sade aussi, d'autres, alors, cessons
De nos neurones sociaux
La construction à partir des autres, c'est beau !
Mais le problème
L'éternel et horrible dilemme
Sous le nazisme, on fait comment ?
Sous le capitalisme, on fait comment ?
Ou alors au Mirail
Quartier cité gigantesque à Toulouse
Dès la naissance le manque de flouze
Dès la naissance, la stigmatisation comme seul rail
Certes
De la petite délinquance, des délits mineurs
Quand la misère vous fait voleur
Car les grands délinquants
Sont, c'est évident, dans tous les gouvernements
Au rendez-vous des vrais voleurs
Escrocs, ordures, truands, menteurs
Et donc dans cette cité des enfants perdus
Dont la bonne conscience ne veut plus
Il y a donc l'Islam comme source d'apaisement
Une Pax Romana, on l'oublie trop souvent
Une barrière de sécurité à tous les débordements
Malgré les provocations policières, c'est édifiant
Ce que l'on oublie de dire
Dans les journaux du capital, on ne peut donc le lire
Pour apaiser toutes les frustrations
Pour apaise toutes les privations
Tout gouvernement a besoin des religions
Pour fabriquer de la soumission
Et pour empêcher toute vraie révolution !
Car
Il n'y a pas de gestes naturels
Mais la société marchande nous injecte son fiel
Il n'y a que les automatismes de l'environnement
Le déterminisme socioculturel de la famille, des parents
Vraiment, je n'aime pas les intellectuels d'élevage
Avec sans cesse de nouveaux arrivages
Mon poing dans la gueule
Toute une vermine si veule
Les Onfray, les Michéa, et d'autres comme les Houellebecq
C'est que du blanc-bec
Comme feu d'Eon, je vous provoque en duel
Voilà prose qui est belle
C'est quand vous voulez
Mais pas là où vous voulez
Je m'attends à être censuré
Par tous les amis du système aliéné
De l'extrême gauche du capital
Jusqu'à l'extrême droite du capital
La crainte de Dieu, la crainte d'Allah
La crainte de ceci ou de cela
La crainte de tous les ceci ou de tous les cela
Tout une soumission, tout ce qui musèle les consciences
Ce qui au capital est comme une confidence
Un monde entier en pleine démence !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Of course, I always write in fourth gear
As long as my revolt is in distress
Like History, which forgets its children
Two unclassifiable, two marginal
From the same region, it's funny
Fire the anarchist (1825 - 1862) Ernest Coeurderoy
The late Knight of Eon (1728 - 1810) secret agent of the king
And what does not flow
In no mold
It disturbs, it upsets
That's what I said to a learned lady
Who in Thunder, and in a new way
Organize painting exhibitions
In the hotel Coeurderoy as you go
Like the widow of the late Ernest Coeurderoy
Painter too little known, my faith
Marie-Justine Rampont
And who remembers her, or Coeurderoy, or Eon?
Even in Thunder
No wonder in our era
Two unclassifiable
Do not want any binder
Heartderoy theorist of anarchy
Forgetfulness is his spirit
The libertarians do not know it, it says
His mother, unfortunately, burned his correspondence, it is regrettable!
It's him, I feel closest to him
But depressed, he cut his veins, his end was lousy
Like me, he wanted to make a clean sweep
From a whole world completely naze
Not surprising
If I am domiciled next to this anar
From his family home, there is no chance
Me too, I wander from one city to another
Formerly, from one country to another
But he was a doctor's son
Himself also a doctor
I, a proletarian son
But a nothing, not even a proletarian
So, by the thought, I met him, and nevertheless
I feel his ghost, which is not far
It would have been, it's a friend
At home come for a drink
For a truly revolutionary chat
For hours
I could talk about it, without going for a crâneur
From Coeurderoy, from Eon
But de Sade too, others, then, let's stop
From our social neurons
Building from others, it's beautiful!
But the problem
The eternal and horrible dilemma
Under Nazism, how do we do it?
Under capitalism, how do we do?
Or at Mirail
Gigantic city district in Toulouse
From birth the lack of flouze
From birth, stigma as the only rail
Certainly
Petty crime, minor offenses
When misery makes you thief
Because the big offenders
Are, obviously, in all governments
At the rendezvous of real thieves
Scammers, trash, mobsters, liars
And so in this city of lost children
Whose good conscience no longer wants
So there is Islam as a source of appeasement
A Pax Romana, we forget it too often
A security barrier to all the overflows
Despite police provocations, it's edifying
What we forget to say
In the newspapers of capital, we can not read it
To appease all the frustrations
To soothe all the hardships
Every government needs religions
To make the submission
And to prevent any real revolution!
Because
There are no natural gestures
But the market society is injecting us with its gall
Only the automation of the environment
The socio-cultural determinism of the family, parents
Really, I do not like cultured intellectuals
With constantly new arrivals
My fist in the mouth
All a vermin so despondent
Onfray, Michéa, and others like Houellebecq
It's just whitebill
As fire of Eon, I provoke you in a duel
That's prose that's beautiful
It's when you want
But not where you want
I expect to be censored
By all the friends of the alienated system
From the extreme left of capital
Until the extreme right of capital
The fear of God, the fear of Allah
The fear of this or that
The fear of all this or all of this
All a submission, all that mutes consciences
What in capital is like a confidence
A whole world in madness!

Patrice Faubert (2017) puète, peuète, pouete, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"

This work is in the public domain
Add a quick comment
Title
Your name Your email

Comment

Text Format
Anti-spam Enter the following number into the box:
To add more detailed comments, or to upload files, see the full comment form.